17 octobre 1961 : « On attend que le président dise que c’est un crime d’État »

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Vous avez raison mais connaissez vous ce qui s’est passé le 14 juillet 1953

la police tire sur une manifestation d’algériens 

7 morts dont un membre de la CGT

il y a le 17 octobre 

Il y a Charonne 

mais aussi setif et 1953

Comme l'explique un commentaire précédent la manifestation n'avait pas pour but de protester contre les "morts algériens" du 17 octobre mais contre des attentats de l'OAS...Pourtant le militant de base de la CGT connaissait et parlait à mots couverts des algériens précipités dans la Seine mais les  directions des mouvements de gauche décidèrent de se taire sur cette question et de ne pas en faire "une affaire d'état" tant, semble-t-il , la chose soulevait de questions informulées.

A cette époque les indépendantistes algériens n'étaient pas en odeur de sainteté auprès des mouvements d'extrême gauche de l'époque.Il y eut d'ailleurs peu de "porteurs de valises"... Le PSU fut d'ailleurs une réaction d'intellectuels à cette apathie de la gauche. Il faut reconnaître que le FLN ne fit rien non plus pour faire reconnaître l'aspect "anticapitaliste" ou "internationaliste" de son combat.

Les méthodes ne changent pas beaucoup hélas. Combien ont perdu un membre ?

Les méthodes ont tout de même changé, du moins dans notre pays. Quand on regarde l'histoire, c'est un tombereau d'horreurs. Des colonnes infernales de soldats républicains massacrant femmes et enfants pas  dizaines de milliers lors des guerres de Vendée en 1793, aux massacres de 1848, liés plus tard aussi à la  commune de 1871, ou à la répression contre les mineurs dans le nord, sans parler de celles contre les viticulteurs (Narbonne-1907- 5 morts) contre les mineurs ( 1948 - des milliers de blessés), on s'aperçoit qu'il faudra encore du temps pour qu'un Rémy Fraisse, ne soit pas une victime de trop. Mais les tirs de LBD sont la nouvelle façon de garder la même politique de terreur, à but d'effrayer suffisamment par l'horreur des conséquences possibles, pour dégonfler les manifestations. 

L'amélioration toute relative de la répression contre les Français, à cette époque ne concerne pas les algériens de Paris, ou tout "pied noir", tête de turc sur lequel les forces de l'ordre se déchainent. Il semble qu'il faille sans cesse un bouc émissaire. Juifs, pendant la guerre. Et gueux avant cela. Je viens de lire " l'histoire populaire de la Bretagne' très bon livre, qui livre ce que l'histoire officielle ne parle pas. Car le Breton fut à un certain moment le colonisé du pays, moqué, exploité, nié dans son langage et sa singularité, ce qui permettait de l'exploiter...Mais ce système de mise à l'indignité et maillon de l'exploitation ne concernait évidemment pas que la Bretagne, mais tous les pays profonds et pauvres. Ceux qu'on situe maintenant sur la diagonale du vide, où poussent les gilets jaunes

L'histoire des pandémies, sujet très actuel, nous apprend aussi que le "lépreux " avait aussi une fonction. C'était le bouc émissaire de tous les autres. Chassé, relégué, sorti du monde des vivants à travers une cérémonie. Quand la lèpre disparu au dix septième, on continua étonnamment à trouver des lépreux, et à les chasser du champ social. Ce n'était plus des malades, mais des gens qu'on avait désigné ainsi: Pauvres, indigents, disgracieux, atteints d'amputation, leur sort permettait aux autres de se sentir  toujours supérieur. La disparition des lépreux aurait laissé un vide insupportable. Il fallait donc les créer. 

Moi j aime ce pays, la France de Jean Ferrat.... 

Ce pays ne se résume pas qu aux abominations de ces dirigeants. Je les dénonce tant que je peux, j ai toujours lutté pour plus de justice, je hais cette clique de possédants et leurs valets qui ont commis et commmetent encore ces exactions, mais je ne confonds pas le peuple et les dirigeants.

Oui, j aime ma France, celle qui se bat, qui résiste, qui râle, qui sait parler d amour et de liberté, avec des hauts, avec des bas... Mais toujours

Je partage totalement le sentiment que vous exprimez dans votre dernière phrase!

Je vous conseille le livre de Stéphane Hessel : "Indignez-vous!"

Nous pensions qu'après l'horreur indescriptible du nazisme et du vichysme , des leçons en avaient été tirées . Mais non , "tous les hommes étaient égaux , mais certains l'étaient plus que d'autres"! Le plus horrible étant évidemment que ça continue aujourd'hui !

Quand on a besoin de se sentir "supérieur à ..." , le mieux est de trouver des victimes faciles .

Quand atteindrons-nous un minimum de civilisation ?

"La machine continue à tuer" , et nous ne sommes pas les derniers mais plutôt "les premiers de cordées" . Ce n'est un peu de com' électoraliste à propos de l'universalité de la peine de mort qui va faire avancer les choses ! Cocoricon , ça ne trompe personne !

Je ne comprends pas certains de vos points de vue: quand vous dites:"Combien aujourd'hui encore, d'enseignant-e-s  d'origine algérienne ou d'autres de nos colonies y compris du colonialisme intérieur, dans nos écoles? qu'est-ce que vous voulez dire ? qu'il est inadmissible qu'il y est en France des enseignants d'origine algérienne? Je suppose que s'ils sont enseignants , ils sont de nationalité française.

Le contraire bien sûr , je regrette de ne pas en voir !

Avoir la nationalité française et être d'origine algérienne ou autre n'est pas la question . Nous n'avons dans nos écoles que très peu d'enseignant-e-s d'origine algérienne ou seulement  non métropolitaine hexagonale , puisque très peu également d'enseignants issus de nos dernières colonies DOM TOM ... Personnellement , en 40 années d'enseignement , je n'en est jamais rencontré .

Ça en dit long sur l'état de ségrégation de notre société !

excusez-moi, j'avais mal compris.

J'ai lu le livre de Hessel. Il fait parti de ces minuscules opus qui comptent plus que d'ouvrages bien plus documentés et se prétendant exhaustifs. Comme le "supplément du voyage à Monsieur de Bougainville" de Diderot. Ou le "De la servitude volontaire" de La Boétie, écrit là par un tout jeune homme.

Les voyants et les révoltés peuvent être aux antipodes des âges de la vie. On note tout de même qu'ils appartiennent tous à la même condition sociale, dont ils ont eu le courage de s'affranchir des jugements de confort. L'immense majorité des gens, c'est sans doute moins vrai maintenant que par le passé où celle ci  était totalement indépassable ( mais on y revient du fait de l'accroissement prodigieux des inégalités dans notre pays) , ne pouvaient que subir l'événement. Les quelques révoltes brouillonnent étaient immédiatement punis dans le sang, à des degrés inimaginables aujourd'hui. La répression lors des guerres de Vendée, lors des colonnes infernales, ne peut se comparer qu'aux pogroms sur le front de l'est pendant la seconde guerre. 

Que faut il pour qu'on s'autorise à se débarrasser de toute morale, de toute loi humaine, de toute sensibilité et culture apprise?...Le nazisme fut la dernière tentative de colonisation. Mais elle se passa cette fois ci sur le sol européen, et innova dans l'horreur en proclamant le retour justifié à l'illumination des faibles, des malades, des "non pures", en potentialisant un plus les postulats justifiant auparavant la colonisation en Afrique.

Il y eut bien en effet une dimension se disant progressiste, lié au prétexte d' "apporter les lumières en Afrique, comme Rome l'avait fait à notre égard", comme disait Jaurès, pourtant un humaniste, se fourvoyant comme tant d'autres. Lord Casement, en reviendra pour sa part. Nommé au Congo, cet humaniste prendra conscience de l'horreur coloniale sur place, et sera sans doute un des premiers lanceurs d'alerte, au péril de sa vie, en rédigeant un rapport qui fera date. Malheureusement cet homme se fourvoiera plus tard, comme militant irlandais, et sera condamné à mort. Vargas Llosa en tirera un beau récit " le rêve du celte". 

En France, Victor Segalen, dans " les immémoriaux" fait dés 1920 le récit désenchanté de la colonisation des polynésiens et le processus de la perte de culture, par le travail démagogique des Jesuites, et l'apprentissage de la honte. Le fait que Segalen soit Breton, n'est sans doute pas étranger à sa sensibilité. Il reconnait sur ces iles du bout du monde, le processus qui concerne son pays.  Car le Breton, fut pendant longtemps l'indigène étranger à la république, avec cette "Bécassine" copié collé du personnage "Banania". Les termes qu'on utilise à son égard sont infâmants, avilissants,  et permettront à certains de s'affranchir des règles d'humanité et de respect comme ils le feront de la même façon aux colonies, cet exutoire.

La façon de respecter les autres appartient à notre éducation et à nos principes moraux, mais peut être accentué ou liquidé selon la propagande, l'air du temps, ce conditionnement d'une autre modernité, et à ses bénéfices attendus. Comment les allemands ont ils pu se mettre au garde à vous devant les aboiement d'Hitler, en mettant leur sensibilité et leur intelligence en veilleuse?. Sûrement parce que cela leur promettait de rêver qu'ils deviendraient des chefs, des führers, et qu'ils autorisaient ainsi à leur cerveau archaïque de reprendre l'ascendant sur le reste, qui n'était que chez certains, qu'un bien mince vernis.

Mais le conditionnement et l'esprit de corps sont redoutables. Lire à ce sujet les analyses d'Annah Arendt sur le totalitarisme, et l'usage des mots choisis, où donner la mort ne devient plus un crime, mais un service à la nation, l'illumination une simple  euthanasie médicale pour soulager l'humanité....

La notion de "premier de cordée", si à la mode me semble bien déconnectée de notre temps, à l'heure où certains prennent le téléphérique pour monter vers les sommets, que les autres tentent d'atteindre en se coupant les doigts sur les boites de conserves laissées, en cherchant une prise vaine. 

"Déconnectée" , comme peut l'être le premier ado attardé de France qui manie la violence d'état de la manière la plus vile qui soit !

C'est moi qui dois m'excuser de mon peu de clarté et d'une erreur de grammaire : "je n'en ai jamais rencontré" ...

«  Comment les allemands ont ils pu se mettre au garde à vous devant les aboiement d'Hitler, en mettant leur sensibilité et leur intelligence en veilleuse?. Sûrement parce que cela leur permettait  de rêver  « 

La question se pose aussi chez nous , le rêve ,vendu par des charlatans , de la Grande France fantasmée de l’Empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais ,qui en atteint d’après sondages les amoureux de Zemmour , Marine , Marion, Dupont haignant,  Philippot, une grosse partie des fillonnistes et j’en oublie….le tout dépassant bien les 50%

  Oui..  ne jamais devenir des valets conscients ou inconscients de ces dirigeants fous

Médiapart a t-il des nouvelles des responsables des massacres des moines de Tibhirine ? Il a été question de l'armée algérienne qui accuse le GIA . Depuis 1996 l'enquête piétine ...

Minable petite rhétorique facho. Un article sur des algériens massacrés : "ouais mais les Algériens aussi ils ont massacré", un article sur l'esclavage : "ouais mais les arabes aussi !" etc etc.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Ce que j’ai pensé dans un premier temps,  et pense toujours à défaut d’une autre explication de la part de l’intéressé.
Celui-ci retournera-t-il jeter un dernier regard sur sa production, lui accordant ainsi quelque valeur obscure, dont il voudra bien nous éclairer, ou a-t-il déjà tiré la chasse dans sa tête ?

 ????? Je ne vois pas en quoi vous la "ramenez" sur un sujet qui en est un autre !!!

D'accord mais quelque soit le coin de la planète, la barbarie est hélas présente et s'exprime dans certaines circonstances, ce n'est pas pour se dédouanner surtout pour un pays qui se targue "de civilisation"

L’affaire Charonne est décrite différemment sur Wikipedia, qui soutient notamment que les grilles n’auraient jamais été fermées. Vous pourriez peut-être aller voir et rétablir la vérité ?

On va voir si Macron s’excuse comme il l’a fait pour les harkis qui comme ces harkis étaient en majorités des traités de leurs pays et mis par le gouvernement français dans des camps comme étaient les réfugiés espagnols qui fuyaient le franquisme  

 Macron notre "brillant" président ( c'est dit et redit) est très occupé..." il compte" !!! Bon "métro Charonne", Le 17 octobre 1961, : "je pose 100, je retire 90, j'ajoute 50, je multiplie par 3, je divise par 2...bons "...ça fait combien de voix tout ça, sur les quelles je pourris "compter" pour ma réélection" ? Si mes résultats comptables sont "positifs", qu'il s'avèrent être un plus pour 2022... je vais m'excuser  ( M' excuser) car il s'excuse "tout seul, il n'a besoin de personne pour ce faire). Si, mes Bidochon, beaufs de services sont dans la tendance "arrêtez de faire repentance chronique" et que ceci diminue " les voix" pour ma future réélection...je fais silence...Je sais bien "faire ça " aussi...

Il semble que cette demande de reconnaître le crime du 17 octobre rejoigne votre demande de reconnaissance d’autres crimes en Algérie. Vous devriez donc la soutenir.

 Lisez André Brink et bien d'autres... les peuples opprimés, réduits à l'esclavage, ou colonisés, lorsque "ceux là se révoltent c'est toujours l'horreur !!! L'horreur ne peut sans doute PAS s'absoudre, soit... mais "ce peuple était "chez lui" !!! Voulait reprendre SA terre !!! Le "trop" en esclavagisme, en colonisation et les méfaits qui s'en suivent dispensent de si non de culpabilité à tout le moins d'une culpabilité  à mettre en miroir avec celle des nations esclavagistes et colonialistes !!! Lire les ouvrages (sérieux) sur les horreurs vues en Palestine et en Israël...les combattants de part et d'autres emploient les mêmes techniques de meurtres, tant et tant que au cours de ces lectures "on" ne sait plus très bien si il y aurait une légitimité de la part des uns plus que des autres...En revanche "on" peut se poser la question des combattants qui ne disposent que des pierres ou de "coutelas" pour se défendre d'une cause peut être juste (?) et de l'opposant  qui "fait" des milliers de morts du fait de sa supériorité en "moyens de défense et l'autre camps qui dénombre une dizaine de morts, Ce qui n'absout rien pour autant.

https://www.mediapart.fr/studio/documentaires/culture-idees/mansourah-tu-nous-separes-recit-d-une-deportation-oubliee

 Vous n'avez pas regardé cette vidéo ? Je crois que ajouté à ce que l'on sait (quand on a bien voulu "SAVOIR" l'horreur, les crimes d'état perpétrés par l'état français, on évite d'aller quémander que un autre état s'excuse publiquement (et mondialement) pour ses propres horreurs, sachant que les algériens assassinés par la France lors des manifestations "PACIFIQUES" ont payé de leur vie, sans compter les tortures dans les commissariats et les "d'accueils" policiers représentent "symboliquement" l'Algérie et le prix payé par tous ces innocents est "suffisant" pour que l'ON n'en rajoute pas !!! Si Médiapart se permettait de "faire" un article sur "les horreurs algériennes, (bien que réelle) je me désabonnerais" !!! "ON" pourrait alors exiger de Médiapart qu'il "fasse" un article sur les résistants de 39/45 qui ont probablement employé des techniques de "défenses" en vers les Allemands et collabo, fassent "aussi" des excuse publiques ? L'HORREUR reste l'horreur quoi qu'il en soit...Je me souviens de cette période 1961, j'avais 14 ans, je n'ai rien vu mais...je savais que de Gaulle Papon, nous mentaient !!! Que il n'y avait pas QUE 3 morts. Désormais "on" parle de : entre 200 et 300 morts !!! Même 3 morts auraient été 3 morts de trop de toute façon !!!

17 octobre 1961 : « On attend que le président dise que c’est un crime d’État »

8 octobre 2021 Par Rachida El Azzouzi

Il faudrait déjà que l'Algérie assume tout son passé de colonisé, et n'ai pas une mémoire à géométrie variable entre ses persécuteurs.  Je parle des trois siècles d'occupation ottomane, que certains osent nommer " une tutelle" adjectif destiné juridiquement à un incapable majeur, et qui semble faire la différence entre une occupation chrétienne, et une autre musulmane, à but de ne pas "stigmatiser" les adeptes de la même religion., mais laissant songeur sur la capacité d'analyse, à but de trouver un bouc émissaire,, en ayant une vison fragmentaire de son histoire....

Avant la colonisation  françaises démarrant en 1830, Alger était un port barbaresque faisant des prises sur la méditerranée, et jusqu'à Terre Neuve, et dont la moitié des habitants étaient des prisonniers rançonnables, ou des esclaves. Crime contre l'humanité, ou pas?

Erdogan applaudit, et montre en tous cas les pièces présentes sur l'échiquier....Sinon, désigner uniquement la France, comme porteur de" crime contre l'humanité" apparait meublé d'autres intentions de ce qu'elle évoque. Il est évident pour beaucoup d'observateurs, y compris algérien, que l'instrumentalisation de ce conflit vieux de 60 ans, et la prise de tout prétexte pour gratter les croutes et surjouer la douleur, la colère, et garder sa place éternelle de victime,  et refuser tout rapprochement est une tentative de masquer les problèmes intérieurs algérien.

Il n'y a pas qu'Orwell, dans 1984, pour montrer comment on instrumentalise sans cesse la haine contre un pays, afin de souder le peuple dans des "minutes de la haine"

Il ne fallu que quelques années pour qu'en france on se réconcilie avec les allemands, malgré toutes les horreurs de la deuxième guerre. Et de celle d'avant. Mais la seconde étant justement la conséquence d'une haine entretenue après la première, on retint la leçon. 

Il a fallu des années et des années pour que ce crime soit révélé grâce aux investigations de Monsieur EINAUDI qui n'a pas lâché malgré les difficultées auxquelles il s'est heurté

C'est bien ce que je dis, vous êtes un Français colon d'Algérie mais ce n'est pas un compliment.

nouveau                 marguerite

Oui. À lire, car témoin. Mais où on lit aussi ceci (on souligne) :

""" Le 2 octobre 1961, Papon (après l’enterrement d’un policier assassiné par le FLN) tint aux policiers des propos ambigus mais, pour qui savait entendre, trop clairs."""

Qu'en penser ? 

.

  • Nouveau
  • 09/10/2021 00:54
  • Par

Le 17 octobre 1961, la Vème république – régime bonapartiste né d'un coup d'État militaire sur fond de massacres coloniaux – avait trois printemps... Six ans plus tard, elle récidive en ses "possessions" d'Amérique : Mai 1967, un massacre oublié en Guadeloupe... Et de sa naissance à l'année 1971, elle mène sous secret d'État une guerre coloniale meurtrière en "son" Afrique subsaharienne : Massacres de l'armée Française au Cameroun → Kamerun ! Histoire interdite

CONSTANTE de ces turpitudes coloniales : LE DÉNI !

Racisme d'État colonial, massacres d'État et négationnisme d'État, du général de Gaulle à macron en passant par Mitterrand et Hollande. Et aujourd'hui à Montpellier, le déni institutionnel perdure, honteux mais sans surprise : le déni est dans les gènes de la république archéo|néo coloniale... et RÉCIDIVE EST FILLE DE DÉNI.

  new           gabas           

Exact. 

Ceci redonne bien la perspective dans laquelle il faut replacer notre bel ÉTAT FRANÇAIS. 

Et tout ceci avait commencé sous la IV ème.

"Roman national", nous dit-on ?  Oui : celui-là.

(Voir d'ailleurs juste ci-dessous !)

  • Nouveau
  • 09/10/2021 06:48
  • Par

Vous oubliez aussi les massacres de Jules César sur le peuple gaulois...!

Vous avez raison de relire Astérix, qui reste l’une des meilleures satires de la France contemporaine. 

 Sans vouloir vous faire le leçon : " je crois que vous faites erreur : nous ne sommes pas sur un "site" humoristique.

T'inquiète, le Salvinius ↓ on ne l'oublie pas !

PUGNO ALZATO, "BELLA CIAO" E "SALVINI VAFFANCULO" © Matteo Salvini

  • Nouveau
  • 09/10/2021 08:37
  • Par

Le 17 octobre 1961 semble s'inscrire dans les traces mémorielles du gouvernement français en droite ligne du Code de l'indigénat qui avait été appliqué dans la colonie "Algerie" de 1881 à 1946.

Très intéressant. Merci.

Ce qui me frappe, c’est la façon dont certains éléments de la gauche française politique (en particulier le PS) ont toujours eu du mal à se décoloniser dans leurs têtes. Ils se sont toujours sentis mal à l’aise avec les minorités issues de l’immigration, d’où leur manque d’empathie a l’époque avec les victimes d’octobre 1961 (contrairement à celles de Charonne). Aujourd’hui ils masquent leur malaise en se déclarant « universalistes », ce qu’ils ne sont pas en réalité. Tant que ces minorités restaient plus ou mois invisibles dans leurs banlieues, ils pouvaient proclamer haut et fort leur antiracisme, sans rien faire de concret lorsqu’ils étaient au pouvoir pour qu’ils soient représentés politiquement. Maintenant que ces gens discriminés pendant des décennies, grimpent dans l’échelle sociale, commencent à s’affirmer et à revendiquer leurs droits, cette gauche universaliste (sic !) ne cesse de fustiger les wokes, le communautarisme musulman, les discours sur le colonialisme, le islamo-gauchistes etc.

 Quant a la droite, on n’est pas étonné !

Peut-être qu'il y a gauche et gauche!( même au PS)

En démocratie, les violences policières n'existent pas.

Le négationnisme colonial, puis néolibéral est un des piliers des gouvernements neodemocratiques.

Voir à ce sujet ce qu'en a dit Aimé Césaire ↓

Aimé CÉSAIRE - Discours sur le colonialisme (1955)

aimecesaire
« [...] ce nazisme-là, on l'a supporté avant de le subir, on l'a absous, on a fermé l'œil là-dessus, on l'a légitimé, parce que, jusque-là, il ne s'était appliqué qu'à des peuples non européens »... un discours d'une étonnante actualité.

  • Nouveau
  • 09/10/2021 19:06
  • Par

Ce n'est pas pour faire mon intéressant, mais je crains et suis sûr, que police et armée soient consubstantielles de la violence.

Et, vice et versa...

***

Au sujet de Charonne, bien sûr que des gens ont trouvé la grille du métro ouverte. Mais j'étais le premier à être bousculé contre la grille. La station était fermée au public sur ordre de Papon. Me soutenant avec mes avant bras, j'ai aussitôt hurlé "Ouvrez les grilles" jusqu'à ce que le chef de gare vienne les ouvrir et, bien sûr, dans la confusion, les manifestants tombés dans l'escalier ont pu entrer dans le métro sans savoir qu'il y a eu l'intervention du chef de gare. 

J'ai écrit cette situation peu de temps après. Elle reste dans mon dossier Charonne mais je ne sais pas comment modifier Wikipedia. Je sais que j'ai échappé à la mort ainsi que d'autres !

Sur l'occultation du 17 oct par Charonne , il y a trop de gens qui confondent pour que ce ne soit pas voulu . Mon associé, 69 ans , pourtant une des personnes les plus érudites que je connaisse a confondu aussi alors que je lui en parlais il y a quelques semaines . C'est effrayant de voir à quel point des personnes qui ont vécu au temps de ses faits ne s'en souviennent pas . 

Il y a des légendes qui subsistent comme cela malgré l'accès massif a l' information , comme par exemple le fait que plein de gens pensent que le juge burgaud s'est suicidé après outreau. 

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous