Sondages de l'Elysée: le gouvernement vole au secours de Sarkozy

Par

Alors que les députés socialistes réclamaient une commission d'enquête, le gouvernement vient de leur opposer un quasi-veto: la ministre de la justice a prié le président de l'Assemblée nationale de déclarer la requête irrecevable, jugeant qu'elle contrevenait au principe de séparation des pouvoirs exécutif et législatif. Jean-Marc Ayrault, le patron des députés PS, demande à ce dernier, Bernard Accoyer (UMP), de passer outre et de refuser toute «intrusion dans les pouvoirs de Parlement».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Visiblement, Nicolas Sarkozy a – encore – des choses à cacher dans l'affaire des sondages de l'Elysée. Alors que les députés socialistes réclamaient une commission d'enquête parlementaire à cor et à cri, le gouvernement vient de leur opposer un quasi-veto. Dans un courrier daté du 5 novembre, la ministre de la justice, Michèle Alliot-Marie, a prié le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, de déclarer irrecevable la requête du PS, jugeant qu'elle contrevenait au principe de séparation des pouvoirs exécutif et législatif.