Villepin tente de mener campagne tandis que des militants rejoignent Bayrou

Par
Alors que Dominique de Villepin est entendu ce matin par les juges comme témoin dans l'affaire Karachi, les défections au sein de République solidaire, plus audibles que les soutiens, se multiplient. Plusieurs cadres départementaux rejoignent les rangs de François Bayrou ou sont sur le point de le faire, déçus par la démarche solitaire de l'ancien premier ministre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dimanche, à l'Hôtel Crowne Plaza de la place de la République à Paris, étaient réunis quelque 250 cadres départementaux de République solidaire, selon l'organisation, soit deux tiers des effectifs, puisqu'il y a quatre responsables par département. Les participants motivés se sont dits «reboostés» par le discours de Dominique de Villepin, venu leur assurer qu'«[ils] allaient gagner». Pourtant, cet enthousiasme cache mal l'état de déliquescence dans lequel se trouve le parti fondé il y a un an et demi et l'atmosphère délétère qui règne autour de l'ancien premier ministre.