France Brève

Un haut-fourneau d'ArcelorMittal redémarre à Dunkerque

Cette décision fait suite à une « légère reprise technique », mais également à la fermeture des sites de Liège et Florange.

La rédaction de Mediapart

9 janvier 2013 à 10h36

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Un des hauts-fourneaux du site ArcelorMittal de Dunkerque devrait redémarrer à la mi-janvier à la faveur d’une « légère reprise technique », mais au détriment des sites de Liège et Florange, regrette la CGT.

Ce haut-fourneau est « en arrêt programmé de maintenance depuis août 2012 et devait redémarrer lorsque les conditions de marché le permettraient ». Ce qui sera le cas « au cours de la semaine du 17 janvier 2013 », a indiqué la direction dans un communiqué publié mardi et confirmant des informations syndicales.

« La demande d’acier européenne reste largement inférieure aux niveaux d’avant crise », a expliqué le directeur général d’ArcelorMittal Atlantique et Lorraine, Pierre Orsoni. « C’est la raison pour laquelle nous réagissons rapidement en redémarrant le haut-fourneau numéro 2 de Dunkerque afin de nous assurer de répondre aux besoins de nos clients ».

La CGT, de son côté, a salué cette réouverture, tout en soulignant qu’elle s’inscrivait dans un contexte particulièrement difficile pour le secteur de l’acier. « C’est une excellente nouvelle, même si malheureusement c’est lié à la fermeture de Liège et Florange », a ainsi estimé le délégué CGT d’ArcelorMittal, Philippe Cottet.

La rédaction de Mediapart


16 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne