Lycéens arrêtés: les familles dénoncent des gardes à vue «abusives»

Par

Dans le cadre du mouvement contre la réforme du bac, des lycéens mineurs, ayant pris part aux blocus de plusieurs établissements scolaires à Paris et en banlieue, ont été placés en garde à vue. Leurs avocats vont saisir le contrôleur général des lieux de privation et de liberté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Vous recevez un appel sur votre portable et on vous dit : “Votre fils a été arrêté pour un feu de poubelle” » », explique Hélène dont l’enfant a été, pendant plus de vingt heures, placé en garde à vue, pour avoir participé au blocus du lycée Maurice-Ravel, à Paris.