Trafics, rendez-vous impossibles: le calvaire des étrangers en préfecture

Par Nejma Brahim

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est 5 heures, à la préfecture de Créteil (Val-de-Marne). Assis sur le muret devant l’entrée, Yousra* et Kamel* sont les premiers arrivés. Il fait 2 °C et le couple sait qu’il doit prendre son mal en patience jusqu’à l’ouverture à 9 heures. « On s’est réveillé à 4 heures », confie Kamel, 29 ans. Leur mariage est récent : Yousra est venue du Maroc il y a une semaine et ils espèrent lancer la procédure de regroupement familial au plus vite.