Au procès Tron, une plaignante sur le gril

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Eva Loubrieu est interrogée longuement et en détail, pendant une douzaine d'heures, ce lundi 8 février à la barre de la cour d'assises d'appel de Paris. Comme Virginie Ettel, l'autre femme qui accuse le maire (LR) de Draveil (Essonne) Georges Tron et son ancienne adjointe Brigitte Gruel de « viols en réunion » et d'« agressions sexuelles en réunion », Eva Loubrieu est questionnée sur tous les aspects de son récit. La présidente de la cour et ses deux assesseures ne veulent rien laisser dans l'ombre.