Le texte que les présidents d’universités voulaient garder secret

Par
Crise au sein de la conférence des présidents d'université: le communiqué de presse envoyé aux journalistes suite à l'assemblée plénière du 5 mars édulcore sérieusement la position adoptée à la quasi-unanimité. D'une déclaration sévère ressemblant à une mise à l'épreuve des ministres concernés, on passe à la satisfaction d'entrevoir une «sortie de crise».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quel jeu jouent les présidents d'université face à la politique de Valérie Pécresse et à la contestation qu'elle suscite? La sixième semaine de grève dans les facultés françaises – qui verra mercredi une manifestation de tout le corps enseignant, de la maternelle à l'université – s'ouvre sur une crise au sein de la conférence des présidents d'université (CPU) suite à la tenue d'une assemblée plénière exceptionnelle le jeudi 5 mars: le communiqué de presse envoyé aux journalistes jeudi en fin d'après-midi ne correspond pas à la position adoptée par l'assemblée. «C'est un abus de pouvoir, un abus de position!» proteste Pascal Binczak, président de l'université de Saint-Denis (Paris 8).