Zineb Redouane: sa famille s'étonne du «silence politique» après sa mort

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

«  Il m’a visée, le policier m’a visée »

La jeune femme était au téléphone avec sa mère en mode haut-parleur à 18h57 quand cette dernière a été touchée au visage par un tir de grenade lacrymogène. « On préparait à manger, elle faisait sa soupe de légumes, on rigolait. Elle m’a dit en arabe : “Attends, ne coupe pas, je ferme la fenêtre.” Elle a tendu la main pour fermer la fenêtre, le téléphone est tombé. J’ai entendu un coup et elle a crié. Elle a éteint les étincelles avec ses pieds, puis elle a repris le téléphone et m’a dit : “Il m’a visée, le policier m’a visée. J’ai croisé le regard des deux policiers, il a tiré, puis ils sont partis dans la voiture.” » Propos qu'elle répètera le lendemain matin à l'hôpital devant son amie Imen et sa voisine Nadjia.

Marche « pour le logement et le droit à la ville » le 2 février 2019 à Marseille. © LF Marche « pour le logement et le droit à la ville » le 2 février 2019 à Marseille. © LF

Ce serait le corps d’une grenade lacrymogène MP7, tirée depuis un lance-grenade, qui l’aurait blessée. La MP7 libère, après sa mise à feu, sept capsules diffusant dans un rayon d’une vingtaine de mètres « un nuage à haut pouvoir lacrymogène et neutralisant ». Le dispositif de propulsion peut aller de 50 à 200 mètres selon le modèle utilisé. Lundi 3 décembre au matin, les enquêteurs ont retrouvé « deux palets mais pas la douille », selon Imen qui les a accompagnés dans l’appartement.

Le 1er décembre, des policiers étaient postés sur la Canebière devant le magasin C&A. Le journaliste marseillais Pierre Isnard-Dupuy, qui a observé la scène depuis le balcon de son appartement sur la Canebière, décrit « un déluge de lacrymogènes et de grenade de désencerclement ». « Les palets de lacrymogènes étaient tirés à travers le feuillage des platanes, écrit-il dans Reporterre. Certains montaient plus haut que les immeubles, d’autres ricochaient sur les façades. »

« C’était la première fois que nous voyions ça, dit Laura, membre du collectif du 5 novembre, créé par des habitants et sinistrés de Noailles. Nous avons été vraiment choqués par ces tirs rendus très aléatoires, par les rebonds tombant au hasard sur nos têtes alors que nous étions à très bonne distance du barrage de police, et mettant aussi en danger les résidents de la Canebière. »

La face à face entre manifestants et policiers le 1er décembre 2018 sur la Canebière filmé par le réalisateur Gérard Chargé. © Gérard Chargé
Selon les proches de Zineb, les marins pompiers, dont la caserne est juste en face, ont mis plus d’une heure à arriver après plusieurs appels. L’appartement est envahi par une fumée noire. Réfugiée sur le palier, Zineb contient les saignements avec des serviettes. « Elle a beaucoup saigné, mais elle était forte, elle parlait bien », dit Imen. Selon deux témoignages, un policier, accompagnant les pompiers, lui a alors demandé ses clefs. Zineb a d’abord refusé, mais le policier aurait alors menacé de casser sa porte.

À l’hôpital de la Timone vers 23h30, Imen est choquée de la découvrir « défigurée » : dix points de suture lui barrent le côté droit du visage du nez à la joue, des bleus et un gros hématome sur la poitrine. « Je n’ai rien fait, j’étais en train de parler à Milfet, ils m’ont visée. Ils pensaient peut-être que je filmais  », aurait-elle déclaré à son amie. Cette dernier en est persuadée : « Si elle était restée vivante, elle aurait su les reconnaître. » La maxillaire est déplacée, et à 4 heures du matin la vieille dame est transférée à La Conception pour une opération.

Zineb a été emmenée au bloc vers 14h, selon Imen. Elle est victime d’« un arrêt cardiaque sur la table d’opération », comme l’a indiqué par la suite le procureur de la République, précisant que l’autopsie avait révélé que le « choc facial n’était pas la cause du décès ». Selon ses proches, Zineb était certaine qu’elle sortirait sans encombre de l’opération.

Imen raconte : « Avant de partir [au bloc – ndlr], elle m’a dit : “ Quand je sors, il faut que tu m’aides à savoir pourquoi ils ont tiré.” Ils l’ont anesthésiée, mais ils n’ont pas eu le temps de commencer l’opération. À 14h45, ils sont venus me dire qu’elle avait fait des arrêts cardiaques et qu’ils avaient redémarré le cœur. Je suis restée avec elle en réanimation, j’ai mis le téléphone sur son oreille pour que sa fille Milfet lui parle. À 22h30, ils ont déclaré la mort. »

L’IGPN (Inspection générale de la police nationale) a été saisie et une information en recherche des causes de la mort a été ouverte par le procureur de la République de Marseille le 5 décembre 2018, selon le parquet. Elle a été confiée à un juge d’instruction de la section générale.

Avant même la justice, c’est « la vérité » qui importe à Milfet, qui n’a pas encore été entendue par les enquêteurs et se pose de nombreuses questions sur les circonstances du tir ainsi que les soins apportés à sa mère. Mais elle les réserve à la justice en qui elle a confiance. « Je donnerai n’importe quoi pour connaître la vérité, mettre toute la lumière sur son décès, depuis le coup jusqu’à sa mort à l’hôpital. Il n’y a pas de justice sans vérité. »

En visite à Marseille, les 7 et 8 mars, le ministre de l’intérieur Christophe Castaner a à peine évoqué Zineb Redouane au détour d'un entretien à La Provence, visant surtout à condamner la violence des « casseurs » : « Il y a une enquête en cours, elle est décédée d'un choc opératoire mais c'est lié aussi à cette manifestation. Je pense que chaque blessé, qu'il soit un gilet jaune ou un képi bleu, est un blessé de trop ».

Sa fille est bouleversée par le « silence médiatique et politique » qui a entouré son décès. « À Marseille, j’ai croisé des personnes qui n’avait pas entendu parler de Zineb », dit-elle. Seuls des gilets jaunes blessés, ayant perdu un œil ou une main, l’ont contactée sur les réseaux sociaux. Pour Laura, membre du collectif du 5 novembre sur le logement, cette invisibilisation tient aussi à « un cumul de stigmates sociaux : femme, algérienne, musulmane, âgée, vivant dans un quartier populaire ».

Le 28 janvier, Emmanuel Macron avait affirmé que parmi les « 11 concitoyens français » décédés depuis le début du mouvement des gilets jaunes, « aucun d’entre eux, aucun, n’a été la victime des forces de l’ordre ». Jean-Luc Mélenchon, député LFI à Marseille, a ensuite regretté que le président de la République ait « nié purement la mort de Mme Redouane ».

Hommage Zineb Redouane from primitivi on Vimeo.

Hommage à Zineb Redouane le 2 mars 2019. © Collectif Primitivi
Une centaine de personnes ont rendu hommage à la vieille dame le 2 mars sur la Canebière. En France, depuis le 9 février, pour préparer cet hommage, Milfet suit à distance les manifestations hostiles à une cinquième candidature du président Bouteflika en Algérie. « Je suis venue pour les gilets jaunes, et là, il se passe la même chose chez moi à Alger. Manifester est un droit légal. Pour l’instant, le peuple est pacifique, il faut que cela continue comme cela. »

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale