Un aide-soignant en réanimation: «Je suis devenu hypersensible»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«J’avais raté mon bac et je ne savais pas trop quoi faire. Une de mes tantes, aide-soignante, m’a dit de passer le concours. J’ai réussi et j’ai adoré la formation, puis le métier. Les bonnes notes étaient affectées en réanimation, et les mauvaises à la morgue. Je me suis donc retrouvé en réanimation à la Timone, à Marseille. La réanimation est considérée comme un bon service, car le métier est intéressant, on apprend sans cesse, on a une vraie place, on travaille en binôme avec un infirmier. Dans d’autres services, on peut être davantage cantonnés au ménage et au nettoyage.