Evacuation de l'université Jean-Jaurès à Toulouse

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

3h45, "nouvelle heure légale" pour des interventions policières? Une des conséquences de la transcription de l'état d'urgence dans le "droit commun"?

Les occupant(e)s seront-ils/elles aussi fiché(e)s S?

Forces de "l'ordre"...De quel ordre?

Les flics dans l'université, une "banalité" dont quelques un(e)s se réjouissent (les mêmes s'offusquant d'une occupation pacifique)...

Bientôt dans les gares pour y déloger les grévistes?

Flic, un métier d'avenir dans une dictamolle ou démocrature en marche...

Résistances et banzaï

Je me suis aussi posé la question sur l'heure d'intervention, est-ce que ce ne serait pas une heure légale seulement pour les interventions de domiciles ? Et que du coup ça ne compte pas pour les services publiques. 

Normalement les occupants n'ont pas été retenus, donc peut de chance pour qu'iels soient fiché.e.s. 

Pour le reste, je ne sais plus quoi dire les flics sont bel et bien pion d'un ordre "en force" et non plus "en marche".

  • Nouveau
  • 09/05/2018 11:48
  • Par

Quand j'étais à l'université, fin années 70, il n'était pas concevable que les flics rentrent sur les campus.

Maintenant, ça ne choque plus personne que ça se passe ainsi Ni les fils des 68 ni leurs descendants.

C'est un signe indiscutable du ramollissement général et de l'asservissement des 50 dernières années.

C'est pour ça que toutes parlottes et les articles sur 68 de saison en ce moment, ça fait un peu rigoler. D'autant que tout ce que demandait pas mal de monde en 68, c'était le droit à consommer, ce qui est une façon comme une autre de défendre le capitalisme.

Le reste était très marginal.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale