L'UMP en manque de leadership et de débats après un an de Sarkozy

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

  • Nouveau
  • 10/06/2008 13:50
  • Par
Pendant quelques dizièmes de secondes, on en serait presque ému, d'entendre ces boy-scouts qui ont cru qu'en s'inscrivant à l'UMP ils pourraient faire entendre leur voix et participer au débat démocratique. Et puis on se reprend : ces crétins n'avaient qu'à lire les journaux depuis des mois et des années, s'ils n'ont pas compris ce qu'est le sarkozysme, qu'ils ne viennent pas chialer, on ne peut rien pour eux.
  • Nouveau
  • 10/06/2008 14:26
  • Par
Il n’y aurait donc pas que les 47% des électeurs qui n’ont pas votés pour le pouvoir personnel en place aujourd’hui qui seraient déçu ! Mais ou avaient-ils la tête ceux qui se plaignent que l’UMP n’est pas a l’écoute de sa base, qu’elle n’a pas un fonctionnement démocratique (le RPR l’avait-il dans son fonctionnement interne ?). Alors comment faire avec un chef d’état « président de tous les Français » qui en catimini reste bel et bien un chef de parti, pilote le « développement » des hauts de seine (son fief « hérité » de Pasqua) …. donc son double jeu et la confusion qu’il sème a propos de tous les sujets sont son crédo, sa manière d’être : raconter des histoires et n’écouter personne ….malheureusement nous le savions plus ou moins clairement depuis longtemps et maintenant qu’on est dedans il ne reste plus qu’a limiter les dégâts en attendant la suite ; qu’envisage donc l’UMP de la base pour la suite après ce constat ? Reconstruire est le mot a la mode dans tous les partis en décrépitude.
  • Nouveau
  • 10/06/2008 14:54
  • Par
kairos N'est-ce pas un peu la loi du genre? Entre les campagnes, un parti à vocation essentiellement présidentielle ne connaît-il pas toujours un certain creux de vague? Surtout si son candidat est vainqueur, car alors les choses importantes se conçoivent et se décident dans d'autres cercles... Reste le brave militant de base qui s'imaginait naïvement que son avis comptait et qui découvre la quantité négligeable où le range son leader parvenu au pouvoir...
Voilà que les "godillots" (terme datant de feu le gaullisme) redécouvrent qu'il sont réduits au rôle d'enregistreurs de la volonté présidentielle. Sortons nos mouchoirs...
L'UMP deviendrait-il comme le P.S. ?? Les Français sont en colères mais ne savent plus comment l'exprimer. Défiler pourquoi pas, mais l'impact sur le gouvernement est mineur car ce dernier n'a cure de la RUE et de ses revendications. Faudrait-il alors une manifestation monstrueuse ou le point de ralliement serait la Concorde (le Symbole de la victoire de nicolas sarkozy) ou toute la France se retrouverait, toutes les forces d'oppositions politiques, syndicales et autres dans un même Élan car aujourd'hui la France s'enfonce dans une crise durable....
. L'UMP deviendrait-il comme le P.S (...) toute la France se retrouverait, toutes les forces d'oppositions politiques, syndicales et autres dans un même Élan . Ah bon ? . les "forces politiques" et les "forces syndicales" sont des forces d'opposition ? . Ah bon ! . Pour moi, UMP et PS, c'est kif-kif ! . Sans vouloir offenser personne, ni à droite ni à gauche, puisqu'il paraît que droite et gauche il y a, je voudrais attirer l'attention des lecteurs sur la dernière phrase de la boite noire, qui est commune à cet article et à l'autre "Le Grand malaise des militants de l'UMP..." de la même rédactrice, Marine Turchi. Cette phrase , la re-voici : . "Si les secrétaires départementaux qui sont parlementaires ont répondu librement à nos questions, les autres ont, bien souvent, été contraints à une certaine langue de bois que leur impose leur fonction (nommés par la direction du parti, ils en dépendent)." . Au moins sur ce point-là, on peut être assuré que l'UMP et le PS, c'est kif-kif ! . jean-paul yves le goff http://www.lelivrelibre.net
Bonjour, je croyais que Nicolas Dupont-Aignan avait déchiré sa carte?
Bonjour, Vous avez raison Bonne-voglie, Nicolas Dupont-Aignan n'est plus membre de l'UMP, qu'il a quittée en 2007 pour fonder "Debout la République", tout en votant pour Nicolas Sarkozy à la présidentielle - ce qu'il affirme regretter aujourd'hui. http://www.rue89.com/2008/05/30/dupont-aignan-en-conscience-je-regrette-davoir-vote-sarkozy Cependant, étant toujours député-maire d'Yerres, dans l'Essonne, il continue vraisemblablement à participer aux débats de son ancienne fédération, comme l'évoque le secrétaire départemental Jacques Lebigre. Bien à vous, Marine Turchi
Je suis un militant PS du 94 alors en matière de démocratie locale j'ai connu des pratiques d'appareils (parachutages,....)foireuses à long terme (désavouées par les électeurs). Mais je suis encore scotché en apprenant que les secrétaires départementaux de l'UMP sont nommés par la direction. Je pensais que le PS était tout sauf un parti vraiment démocratique mais alors j'ai encore du mal à me remettre du fonctionnement de l'UMP. Comment peuvent-ils être encore si nombreux ? Quel est le pourcentage d'élus ? Finalement, je vais un peu moins me plaindre de mon parti. La problématique reste la maturité et l'éducation politique des militants. Plus est elle grande plus la démocratie interne est possible.
Attention, truc visuel à suivre : Superposez les lettres RPR et ..............................UMP et vous aurez : ..........EURO ! C'est donc la fôte à l'€uro, si le leader s'y perd! Verticalement : RUE ( elle meurt, dit-elle), PMU je l'aurai parié, RPR le retour ... Comme Taxi 1 et Taxi 2, ou le retour du Djedaï dans Star Wars! Avec son excellence Sarkozy dans le rôle de la subtile créature affrontant les méchants extra-terrestres et les non moins méchants mutants!
Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

On entend souvent la tête de l'UMP s'exprimer, plus rarement la base. Mediapart a choisi de faire un tour d'horizon des fédérations des quatre coin de la France afin de recueillir l'opinion des militants et cadres du parti, par l'intermédiaire de leurs secrétaires départementaux, les voix locales de l'UMP.

 

Parmi la centaine de secrétaires départementaux contactés, une quinzaine nous a répondu. Mediapart vous propose une enquête en deux volets:

– Un an après l'élection de Nicolas Sarkozy, où en sont les renouvellements de carte et comment ont-ils vécu, dans leurs fédérations, cette première année de la majorité, sur le fond comme sur la forme?

– Comment jugent-ils l'organisation et le rôle actuels de l'UMP?

 

Si les secrétaires départementaux également parlementaires ont répondu librement à nos questions, les autres ont, bien souvent, été contraints à une certaine langue de bois que leur impose leur fonction (nommés par la direction du parti, ils en dépendent).