France

CNRS: un chercheur surveillé pour sa vision de l'islam?

Face à la vive polémique que suscite la convocation du spécialiste de l'islam Vincent Geisser devant un conseil de discipline du CNRS, la direction de l'organisme réagit pour la première fois sur Mediapart: elle se dit très attachée à la «liberté intellectuelle dans le cadre du débat scientifique» mais dénonce «l'insulte publique et à la diffamation» dont se serait rendu coupable le chercheur. Des intellectuels de renom –Edgar Morin, Etienne Balibar, Esther Benbassa, Olivier Roy, Eric Fassin... –, dénoncent un risque de censure politique. Leur pétition a déjà recueilli plus de 1.700 signatures.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Alors que la convocation du sociologue Vincent Geisser devant une instance disciplinaire du CNRS agite le monde scientifique (1.700 signatures recensées et des centaines en attente mercredi soir) inquiet d'un risque de censure politique lié à ses positions sur l'islam, la direction du CNRS est sorti mercredi 10 juin de son silence. Dans un entretien avec Mediapart, un membre de la direction de l'organisme -qui souhaite rester anonyme pour ne pas «troubler» la sérénité de réunion de la commission paritaire devant laquelle Vincent Geisser doit comparaître le 29 juin- explique que la protection de la «liberté intellectuelle dans le cadre du débat scientifique» est un «combat permanent du CNRS». Mais que cette liberté s'arrête à «l'insulte publique et à la diffamation», faits reprochés au sociologue spécialiste de l'islam.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Société — Enquête
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Littérature — Entretien
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l’écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Santé
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec

Nos émissions