Transition énergétique : les 8 points qui feront l'ambition de la loi

Par

Le projet de loi sur la transition énergétique est présenté le 18 juin, dans un paroxysme de tensions et d'incertitudes sur son contenu. En l’absence de mesures fiscales, en plein plan d’austérité et dans une ambiguïté maintenue sur le nucléaire, le projet s’annonce minimaliste. Certains points essentiels y sont néanmoins attendus.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Chaque projet de loi subit son lot d’attaques, de lobbying, d’intox et de rumeurs. Sur la transition énergétique, ce travail de sape est régulièrement relayé par d’importants ministres du gouvernement : Arnaud Montebourg contre ses objectifs de réduction de la demande d’énergie – dont le principe est pourtant inscrit dans le système législatif depuis dix ans ; le ministère du budget, au nom des 50 milliards d’économie à réaliser ; le cabinet du premier ministre Manuel Valls, communiquant vendredi 6 juin sur un « report » de la loi au printemps 2015 (en réalité acté depuis des mois même si la ministre de l'écologie, Ségolène Royal, a assuré dimanche 8 juin que le projet de loi restait programmé pour une adoption à l’automne 2014). Bataille symbolique de jeux de pouvoirs tendus et d’arbitrages budgétaires toujours en suspens. La présentation du texte a bel et bien été décalée d'une semaine au 18 juin.