Pour une nouvelle loi de protection des sources des journalistes

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'affaire Bettencourt avait posé les limites de la loi de protection des sources datant de 2010. La ministre de la Justice Christiane Taubira a promis une nouvelle loi en juin dernier. Deux avocats expliquent  pour le Huffington Post l'urgence de cette nouvelle législation en reconnaissant tout de même à la loi de 2010 quelques qualités : l'intégration à la loi de la liberté de la presse et le droit de se taire pour les journalistes lors d'enquêtes ou devant un tribunal. Néanmoins, selon les deux auteurs de l'article, Benoit Goullesque-Monaux et Paul-Albert Iweins, la loi ne va pas assez loin et les perquisitions effectuées au journal Le Monde dans le cadre de l'affaire Bettencourt en sont le parfait exemple. De plus, le texte de 2010 ne prévoit pas de sanctions en cas de violation du secret des sources. En s'appuyant sur la Suède et la Belgique, l'article met avant le besoin d'une protection totale des sources et d'un texte ne laissant plus la place aux interprétations.