Social Analyse

La conférence sociale de trop

La troisième édition de la « grande conférence sociale » n'est pas un succès, comme l'affirme le gouvernement, mais un fiasco qui montre l'essouflement de la méthode Hollande en matière de dialogue social et le champ de ruines qu'est le théâtre des négociations sociales.

Rachida El Azzouzi

9 juillet 2014 à 19h44

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

La troisième « grande conférence sociale » du quinquennat Hollande s'est achevée à Paris, sous les ors du palais d'Iéna, siège du Conseil économique et social et on aimerait que ce soit la dernière. La grand-messe de la concertation entre syndicats et patronat sous le haut-patronage du gouvernement, qui sert à fixer « la feuille de route sociale » des réformes et à célébrer, une fois l'an, la réhabilitation des corps intermédiaires si chers à François Hollande, tourne à la farce. Elle entre même dans les annales. Sous la gauche, ce n'est plus le patronat qui claque la porte des « conférences sociales » (en 1997, sous Jospin, Jean Gandois, le patron des patrons, était reparti furieux après Aubry et ses 35 heures), mais les syndicats de salariés dont la CGT qui avait appelé à voter pour Hollande.

Thierry Le Paon (CGT, de dos) et Pierre Gattaz (Medef) au micor de BFm business le 7 juillet 2014 © Rachida El Azzouzi
Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Nucléaire — Enquête
Centrale nucléaire de Tricastin : des dissimulations en cascade
Dans l’affaire du lanceur d’alerte de la centrale du Tricastin qui porte plainte contre EDF, de nouveaux éléments consultés par Mediapart révèlent que l’Autorité de sûreté du nucléaire connaissait depuis longtemps le problème. Selon un document interne, EDF a menti et l’autorité de sûreté également dans sa communication publique.
par Jade Lindgaard
Dossier. L’affaire Kohler — Enquête
La note qui relance l’affaire Kohler
La Sfil, une discrète banque publique qui assure les financements des bateaux achetés en France par le groupe MSC, s’est réjouie en 2020 de bénéficier du « soutien » du secrétaire général de l’Élysée. Ce dernier a des liens familiaux avec les Aponte, les principaux actionnaires de MSC.
par Martine Orange
Gauche(s) — Analyse
Programme présidentiel de Mélenchon : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Droite — Enquête
Guillaume Peltier met l’argent public au service de sa petite entreprise politique
Le député Guillaume Peltier, figure des Républicains qui flirte avec l’extrême droite, a organisé tout un système pour servir son destin personnel, qu’il imagine présidentiel. Mais d'après notre enquête, son projet se construit avec des moyens publics. Et certains de ses plus grands donateurs obtiennent des avantages douteux.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

Nos émissions