Pour Macron, le néolibéralisme est un socialisme

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce deuxième discours devant le Congrès de Versailles aura été l’occasion pour Emmanuel Macron de répondre à la critique lancinante depuis un an de son action : son absence de « pilier social ». Encore une fois, cette réponse n’a pas été celle d’une inflexion de la politique, pas davantage par l’annonce de mesures concrètes. La réponse a été une réponse de principe : le social ne passe pas par la redistribution, mais par le bon fonctionnement de l’ordre concurrentiel.