L'enfance sans parent (1/5): malaise à l'aide sociale

Par

Quand et comment placer des enfants en danger ? La question hante l'Aide sociale à l'enfance (ASE), structure chargée de protéger les mineurs des défaillances éducatives ou affectives de leurs parents. Malgré une réforme ambitieuse en 2007, la possibilité de retirer, pour son bien, un enfant à ses parents continue de diviser. Premier volet d'une enquête en cinq parties, L'enfance sans parent, réalisée par Mathilde Goanec

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nous avons tendance à les oublier, tant ils sont éparpillés sous des noms, des statuts, des institutions ou des sigles différents. Tous ont en commun le fait de vivre sans leurs parents, absents, disparus, défaillants. Ils sont ces enfants cabossés par la maltraitance, le deuil, l'exil et l'éloignement, lestés d'une histoire douloureuse et d'un parcours mouvementé en institution ou en famille d'accueil. Majeurs, ils sont souvent plus précaires, moins diplômés, et en moins bonne santé générale. Pourquoi une telle situation ? La réponse est à trouver dans les trajectoires de ces enfants et la manière dont l'État et les départements tentent de prendre en charge ces histoires individuelles.