En Nouvelle-Calédonie, les Zoreil sont infréquentables mais inévitables

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Moi, monsieur, je ne suis pas zoreil : je suis breton ! » Cette remarque, déclamée avec force par un métropolitain qui n’assume pas cette étiquette, a été glanée sur un marché à Farino, une commune rurale du centre de la Nouvelle-Calédonie. Elle montre bien la difficulté de porter ce qualificatif.