Ces fractures idéologiques qui expliquent la paralysie de l'UMP

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après trois semaines de crise, quatre proclamations de victoire, quatre rencontres entre François Fillon et Jean-François Copé, et une chute de popularité spectaculaire de ses responsables, l’UMP n’entrevoit toujours pas la moindre issue. Chacun campe sur ses positions et menace l'autre de poursuites judiciaires. Les deux rivaux se rencontrent à nouveau lundi 10 décembre. Mais plus encore que cette guerre des chefs, c'est une fracture idéologique qui menace le parti.