France Lien

Florange: Ayrault s'explique sur le choix de ne pas nationaliser

Critiqué par les syndicats d'ArcelorMittal et une partie de la gauche, le premier ministre justifie dans le Journal du Dimanche sa décision de ne pas nationaliser le site de Florange.

La rédaction de Mediapart

9 décembre 2012 à 16h11

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Critiqué par les syndicats d'ArcelorMittal et une partie de la gauche, le premier ministre justifie dans Le Journal du dimanche sa décision de ne pas nationaliser le site de Florange : « Il y avait une déclaration d'intérêt d'un industriel, mais pour l'ensemble du site, a-t-il argumenté. Dire à M. Mittal “on achète aussi le froid, on vous exproprie”, c'est une nationalisation. Cela passe par une loi, c'est un processus long et semé d'obstacles juridiques. Il coûterait au moins un milliard d'euros. Mettre autant d'argent pour un résultat hypothétique en matière industrielle et en termes d'emplois n'est pas le choix que nous avons retenu. »

A lire sur le JDD

La rédaction de Mediapart


6 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne