Jacques Fontanille : «Une hausse des frais d'inscription à l'université serait indécente»

Par

Les universités vont-elles devoir augmenter les droits d'inscription ? « Ce n'est pas une priorité », estime Jacques Fontanille, chargé du sujet à la Conférence des présidents d'université.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Proposée par deux groupes de réflexion (Terra Nova et l'Institut de l'entreprise) l'été dernier, la hausse des droits d'inscription à l'université est revenue sur le tapis cette semaine à l'occasion du colloque de la Conférence des présidents d'université (CPU) qui se tient à Marseille jusqu'au 10 février 2012. Dans un entretien aux Echos le 8 février, son président, Louis Vogel, évoque une augmentation de la contribution des étudiants, associée à une refonte du système des bourses et de la fiscalité : « On peut imaginer des systèmes de financement différents entre les premières et les dernières années d'études, avec une répartition différente de l'investissement de l'Etat, plus fort au départ, et de l'investissement de l'étudiant, plus fort en fin d'études, explique-t-il. Il faudrait aussi une progressivité des droits. Les Français n'accepteront d'augmenter leur contribution financière qu'à la condition que l'on répartisse plus équitablement la charge. »