Salaire des fonctionnaires: le poker menteur de Vincent Peillon

Par

Malgré ses dénégations, Vincent Peillon a bien proposé le gel de l'avancement automatique des fonctionnaires, la moins mauvaise des solutions, selon lui, pour contribuer à la baisse des dépenses publiques. Il s'est surtout résolu à sacrifier l'éducation nationale sur l'autel de la politique de compétitivité des entreprises.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’histoire d’un déjeuner qui passe mal. Et qui laisse, depuis mercredi dernier, à ceux qui y ont participé un arrière-goût amer. Ces jours derniers, Vincent Peillon a multiplié les démentis les plus énergiques concernant son intention de geler l’avancement des fonctionnaires de l’éducation nationale. Le projet dévoilé mercredi soir sur le site des Échos révèle que le ministre doit faire cette proposition à Bercy dans le cadre de l’objectif de réduction des dépenses publiques de 50 milliards d’ici 2017. Jeudi matin, le ministre dément sur toutes les ondes cette « rumeur » : « Je n’ai pas fait cette proposition, je ne la ferai pas », assure le ministre de l’éducation nationale, qui s’indigne devant des affirmations qui n’ont « pas de sens », déclare-t-il notamment sur France Inter. Signe que l’heure est grave, le premier ministre vole à son secours pour lui aussi évoquer une « rumeur » ridicule jeudi matin sur France 2.