Réforme de l'Etat: «On n’est pas chez Toyota»

Par

La Révision générale des politiques publiques, qui a entraîné la suppression de 150.000 postes de fonctionnaires en cinq ans, s’est appuyé sur une nouvelle méthode de management issue de l’industrie automobile japonaise. Enquête sur la fonction publique à l’heure du “lean (amaigrissement) management”: c'est le troisième volet de notre plongée dans la réforme de l'Etat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Les post-it, les post-it ! » Ce matin-là, l’humeur est joyeuse. Dans cette assemblée de hauts fonctionnaires, on a fini par s’habituer à ces ateliers de “lean management” mis en place depuis 2009. Par petits groupes, dans les ateliers “kaizen”, chacun est invité à décrire précisément ses tâches quotidiennes, immédiatement retranscrites sur les fameux post-it. Le but est alors de réduire au maximum les procédures inutiles, redondantes, dans une démarche d'amélioration continue. La méthode peut se résumer à une chasse au gaspillage, aux temps d'attente, aux moments creux, etc. Elle est entièrement orientée vers le client ou, en l’occurrence, l’usager.