La démocratie anémiée au miroir du scandale Tapie

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour beaucoup de journaux de la presse écrite et plus encore de médias audiovisuels, Bernard Tapie est, comme on dit, un « bon client ». Avec ses coups de gueule et ses tartarinades, ses coups de bluff et ses tours de bonneteau, il figure parmi ces invités que l’on adore recevoir car ils font espérer un gonflement des ventes ou des pics d’audience. Depuis plus de trente ans, il a donc son rond de serviette dans d’innombrables lieux, y compris sur le service public.