Nanard, un demi-siècle dans la flibuste

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Couturé de cicatrices, encore fièrement dressé malgré la maladie et le poids des ans, Bernard Tapie a fait la tournée des grands médias avant le procès de l’arbitrage truqué (consécutif à la vente d’Adidas par le Crédit lyonnais), qui s’ouvre lundi au tribunal correctionnel de Paris. Gouailleur, culotté, bavard, hâbleur, le Tapie millésime 2019 a encore fière allure pour qui s’y intéresserait.