Heures sup' : pourquoi ça ne marche pas

Par
La défiscalisation des cotisations sociales sur les heures supplémentaires devait relancer la croissance et augmenter le pouvoir d'achat. Moins d'un an après, la mesure est un échec. Outre son coût (4,1 milliards d'euros en 2008), Mediapart révèle une note du ministère du travail qui souligne l'importance de l'«effet d'aubaine» pour les entreprises et le détournement du dispositif. La France ne travaille pas plus pour autant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.


« Travailler plus pour gagner plus. » Nicolas Sarkozy en avait fait l’atout maître de sa campagne présidentielle. Le 21 août 2007, le nouveau président faisait voter par le Parlement une de ses mesures phares : la défiscalisation des heures supplémentaires, un des volets du «choc fiscal» (lire le détail de la loi TEPA sous l'onglet Prolonger). Des salariés motivés pour travailler plus en ne payant pas d'impôt, des patrons exonérés d’une partie des cotisations sur les heures sup' travaillées au-delà de 35 heures : la mesure allait doper le pouvoir d’achat et relancer la croissance.