Fillon : «Si par malheur notre candidat ne l'emportait pas...»

Par

Absent de la campagne, François Fillon a démarré début avril une série de meetings. Mardi, à Versailles, devant 1.200 militants, il a ponctué son propos d'un «si par malheur notre candidat ne l'emportait pas». Une morne ambiance très éloignée de la tonalité conquérante des meetings de Nicolas Sarkozy.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A Versailles (Yvelines)