La police sommée de justifier ses contrôles au faciès devant la justice

Par

Excédés par la pratique des contrôles d'identité au faciès, quinze Français, tous noirs ou arabes, ont assigné le ministère de l'intérieur pour pratiques discriminatoires. Ils somment l'Etat de prouver que les contrôles d’identité subis avaient un motif légal. C'est une démarche inédite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils sont noirs ou arabes et estiment avoir subi un ou des contrôles d’identité au faciès. Attestations de témoins à l’appui, quinze Français de 16 à 47 ans ont assigné mercredi matin l’Etat pour pratiques discriminatoires. Ils demandent au ministère de l’intérieur de prouver que les contrôles d’identité subis n’étaient pas fondés sur leur couleur de peau et avaient un motif légal (lire en prolonger).