« Les enseignants restent la catégorie socio-professionnelle la plus ancrée à gauche »

En 2007, beaucoup d'entre eux avaient été séduits par le discours du candidat de l'UMP et la rupture promise. Après cinq ans de sarkozysme et de suppressions de postes, les enseignants s’apprêtent à voter massivement à gauche, et pour le candidat socialiste le plus souvent.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Alors que l'éducation est parvenue à s'imposer comme un thème majeur de la présidentielle, la plupart des candidats en faisant une priorité, nous sommes allés ces dernières semaines à la rencontre des enseignants pour comprendre comment ils vivaient cette campagne et quelles étaient leurs attentes dans ce scrutin. « Jamais on n'a ressenti un tel enjeu autour de l'école », nous a ainsi confié une enseignante de primaire.
La question du vote enseignant concernant 800 000 agents est évidemment un enjeu crucial pour les candidats à la magistrature suprême. Longtemps considéré comme acquis à la gauche, l'électorat enseignant avait semblé montrer en 2007 que cette équation politique n'avait plus rien de systématique. Il y a cinq ans, le vote des profs s'était en effet largement éparpillé. Selon le sondage « sortis des urnes », Nicolas Sarkozy avait ainsi recueilli quelque 17 % des voix, François Bayrou 24 %, quand la candidate socialiste, Ségolène Royal, plafonnait à 41 % des voix.
Entre le parti socialiste et les profs, le désamour s’était installé sous le gouvernement Jospin avec l'épisode Claude Allègre et son « il faut dégraisser le mammouth », ainsi que ses nombreuses sorties sur l’absentéisme des profs. La sanction dans les urnes pour le candidat socialiste, en 2002, avait été terrible : à peine 19 % des voix enseignantes s’étaient portées sur Lionel Jospin au premier tour, les profs lui préférant souvent Jean-Pierre Chevènement, Noël Mamère ou Olivier Besancenot. En 2007, Ségolène Royal, ancienne ministre déléguée à l'enseignement sous la tutelle de Claude Allègre, malgré les appels au vote utile, ne soulève pas d’enthousiasme. Elle pâtit aussi de la diffusion d’une vidéo pirate dévastatrice où elle explique vouloir faire faire aux profs les « 35 heures à l'école », sans assumer cette assertion dans la campagne. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Un magistrat ordonne la censure préalable d’une enquête de Mediapart
Saisi par l’avocat de Gaël Perdriau, le président du tribunal judiciaire de Paris a fait injonction à Mediapart de ne pas publier de nouvelles révélations sur les pratiques politiques du maire de Saint-Étienne, après celles du chantage à la sextape. Cette censure préalable, décidée sans débat contradictoire, est une attaque sans précédent contre la liberté de la presse.
par Edwy Plenel
Climat — Analyse
Jets de peinture et de soupe sur les œuvres d’art : « Ça vous choque ? Tant mieux ! »
Statue aspergée de peinture ce vendredi à Paris, jets de soupe et collages de mains ou de visages sur des tableaux : depuis des mois, des activistes du climat perturbent les grands musées internationaux. Est-ce si ridicule, alors que les gouvernements continuent d’échouer à mener les politiques nécessaires ?
par Jade Lindgaard
Protection de l’enfance : une mission sacrifiée — Enquête
Enfants maltraités mais obligés de patienter : les sacrifiés de la République
Bien que la justice ait identifié un danger au sein de leur famille, des centaines d’enfants sont laissés sans protection, à cause d’une pénurie de personnel et de places en foyer. Un phénomène dont les pouvoirs publics ignorent eux-mêmes l’ampleur. Mediapart a mené l’enquête pour la Journée internationale des droits de l’enfant, ce 20 novembre.
par Hugo Lemonier
Numérique — Analyse
Les géants du numérique redescendent sur terre
Pour la première fois, Google, Amazon, Facebook et consorts se heurtent au mur de la réalité. Confrontés à un retournement économique, leur réponse est semblable à celle des acteurs de l’économie traditionnelle : des licenciements massifs pour diminuer les coûts et plaire aux financiers. 
par Martine Orange