François Fillon a encore menti. Le 6 février, lors d’une première conférence de presse sur les affaires, le candidat LR avait assuré n’avoir « rien à cacher », ayant « toujours fait de la transparence une exigence ». Mais contrairement à ce qu’il a affirmé ce jour-là et après, les premières rémunérations de son épouse Penelope par l’Assemblée nationale ne remontent pas à 1986, mais à 1982, d’après des informations recueillies par Mediapart.