Autopsie d'une liquidation judiciaire

Par

Après 22 ans de liquidation judiciaire, un couple a déposé plainte le 10 avril 2013 pour malversations auprès du parquet de Lille contre leur ancien liquidateur lillois et une avocate béthunoise. La plupart de leurs biens ont été vendus sans enchères publiques, dont une propriété familiale cédée de gré à gré à un juge d'instruction de Lille, devenu depuis procureur de la République à Arras (Pas-de-Calais), pour un prix qu’ils jugent dérisoire. Une caution judiciaire de 655 000 francs (122 000 euros) a également disparu dans l'affaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est l'histoire apparemment banale d'un couple du Nord-Pas-de-Calais, mis en liquidation judiciaire en 1990, qui ne découvrira l'étendue des dégâts que 22 ans plus tard, lors de la clôture de cette liquidation, en septembre 2012. Daniel Lepot, médecin anesthésiste, et Annie-Claude Lepot, pharmacienne, tous deux âgés de 56 ans, vont de surprise en surprise. La plupart de leurs biens ont été vendus sans enchères publiques, dont une propriété familiale cédée de gré à gré à un juge d'instruction de Lille, Hugues Weremme, devenu depuis procureur de la République d'Arras (Pas-de-Calais), pour un prix qu’ils jugent dérisoire. Une caution judiciaire de 655 000 francs (122 000 euros) a également disparu dans l'affaire.