Une victoire et plusieurs reculs

Par

Le parti socialiste emporte une nette victoire, renouant avec des scores historiques (34,4 % des voix) et pouvant espérer, seul, une majorité absolue dans la future Assemblée. Ce serait du jamais vu depuis 1981. Mais cette victoire s'accompagne de sérieux reculs : une abstention record ; l'affaiblissement des autres forces de gauche, écologistes et Front de gauche ; la disparition du centre indépendant rêvé par François Bayrou. Autant d'alarmes pour les mois qui viennent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La gauche et plus particulièrement François Hollande ont emporté ce premier tour des élections législatives sans coup férir. Avec 34,4 % des voix selon les résultats définitifs, le PS renoue avec un score historiquement haut qu’il n’avait pas pu réaliser depuis 1988 (il avait fait 25 % des voix lors du premier tour en 1997 puis en 2002, et 26 % en 2007). C'est donc un cycle de presque un quart de siècle qui s'achève, marqué essentiellement par une forte domination de la droite classique.