La crise des intermittents du spectacle s'amplifie

Le conflit des intermittents s'installe dans la durée. Peut-il bouleverser l'été culturel ? Retour sur ce dossier explosif pour le gouvernement Valls en quatre questions.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Malgré la nomination par le gouvernement, samedi 7 juin, d’un médiateur, le député PS Jean-Patrick Gille (lire ici notre billet de blog), le mouvement des intermittents du spectacle ne faiblit pas avec un préavis de grève national déposé pour tout le mois de juin par la CGT Spectacle, largement majoritaire dans le secteur. Et s’il prend de l’ampleur, comme cela se profile, c’est toute la saison des festivals qui est menacée. Une catastrophe pour le gouvernement acculé de toutes parts, cette semaine, par la colère des intermittents mais aussi celle des cheminots, des chauffeurs de taxi. Et une catastrophe pour les artistes, les compagnies, le public et les collectivités locales, principaux financeurs des festivals. Pour bien prendre la mesure de la crise, l’annulation d’un festival comme celui d’Avignon par exemple représente un manque à gagner de 25 millions d’euros pour la ville…

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal