En Bourgogne, un maire condamné pour agression sexuelle

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Bonjour,

Les condamnations d'élus pour agressions sexuelles sont très rares (et donc, ce jugement est déjà une petite "victoire" en soi)... Malgré un réquisitoire implacable, la procureure n'a requis que 2 ans avec sursis, mais pas d'inéligibilité. Il convient aussi de s'interroger sur la (non)-réaction du parti "Les républicains", qui a tous les éléments nécessaires pour l'exclure mais reste silencieux.

Cordialement

Ouf ! On avait peur que vous ne soyiez plus là pour ce que vous savez !

Bonsoir,

Je lis bien toutes vos interventions sur le sujet, sur ce fil comme sur les autres. Nous publierons un billet détaillé expliquant les difficultés techniques que nous rencontrons en début de semaine prochaine.

Merci pour votre patience...

Cordialement

Sinon Chevigny-Saint-Sauveur : 10 486 habitants ... Petite commune, petit maire, sans importance au point de vue national donc plutôt plus près du peuple que de la classe dominante qui, elle, échappe à tout ... 

Selon que vous serez puissant ... Déçu

 

Si vous n'êtes pas élu(e)s ou oligarques, c'est grave. Si vous êtes dirigeants ou oligarques, c'est pas grave

  • Nouveau
  • 10/06/2016 14:23
  • Par

la France se porte bien : le cul et la bouteille... et pour le reste, la chienlit... vive la France

Les faits qui semblent  avérés, montrent que certains hommes politiques, dès lors qu'ils ont un peu de pouvoir, se croient tout permis.

Le pouvoir peut rendre fou et mégalomaniaque, c'est le syndrôme de Calligula.

Cela montre aussi que la peur du chômage crée des situations de vulnérablité pour de nombreuses femmes, à la merci d'un employeur, tentées par la loi du silence.

La loi El Connerie, qui inverse la hiérarchie des normes en faisant primer le droit du chef  d'entreprise sur le droit général,  nous prépare à d'autres affaires de ce genre.

On pourrait également pointer du doigt la lenteur d'une justice de classe, qui - dans un contexte d'austérité budgétaire politiquement choisi - n'a pas les moyens de s'exercer efficacement et rapidement.

Tous les hommes se croient tout permis ... ce qui dans d'autres domaines est un avantage, d'ailleurs ! 

Ce maçon qui intervenait dans l'établissement que je dirigeais et qui m'avait appelée  "ma p'tite dame " ... Déçu

Simplement c'est plus dangereux lorsqu'ils ont du pouvoir. 

Parce que le maçon, il m'a suffit de l'appeler  "mon p'tit monsieur". Il a d'abord sursauté... il a fini par comprendre et il a mis fin à son "p'tit manège". 

 

Je ne suis pas du tout d'accord avec vous: tous les hommes ne se croient pas tout permis et ils se conduisent normalement dans la plupart des cas.

Absolument, il en est des hommes qui ne se croient pas tout permis.

Sursis, pas d'inégilibilité ... pourquoi se priveraient ils ?

  • Nouveau
  • 10/06/2016 16:38
  • Par

Merci au journaliste qui a pris la peine de suivre cette histoire dont Mdp avait parlé il y a un mois. .

Foutre en l'air la vie d'une femme et ne prendre que du sursis...

Bon, comme il va faire appel, avec un peu de chance il prendra du ferme.

Ou plus rien.

  • Nouveau
  • 10/06/2016 18:31
  • Par

Et pourquoi ce salopard n'a été condamné qu'à du sursis ? Pour l'encourager à continuer ? Parce que là il va se croire tout permis !! Alors qu'il aurait dû présenter des excuses publiques et démissionner dans la foulée ! J'ai honte d'être un homme...

 

Inouï! du sursis et pas d'inégibilité, alors que c'est, si j'ose dire, es qualités, qu'il a commis son forfait!

quand on sait les conséquences POUR LA VIE d'une agression sexuelles on ne peut qu'être indigné par la mansuétude la "justice" à cet égard !!!!!!

Rappelons tout de même qu'il faut être bien conscient que ces gens de pouvoir sont des malades ,et la "justice" (mot inventé il a bien longtemps pour combler un vide") n'y échappe pas ........

Le jugement est d'uner clémence qui enfoncera encore plus la pauvre femme agressée.

Si on pense aux récents jugements de militants associatifs à Rennes (voir articles médiapart), il y a comme un décalage. Ce monsieur s'en sort (trop) bien. Je me demande ce que va devenir la victime une fois que ce politicien reviendra à ses petites affaires, puisqu'il n'y a aucune peine d'inégilibité et qu'il n'a que du sursis ! Encore une fois, la "justice" n'encourage pas vraiment à ce que les langues se délient. L'"entre-soi" social compte peu-être aussi dans le jugement ?

La mafia caste se juge en interne, donc...

Pas mal de mansuétude dans ce jugement... la relaxe sur le harcèlement sexuel est également étrange, car le fait que les agressions se soient produites dans un contexte professionnel est précisément ce qui caractérise le harcèlement.

M. le Maire ne s'est pas jetée sur une passante dans la rue pour lui imposer baisers et attouchements, il a choisi une femme située dans une situation de subordination, estimant certainement que la crainte de perdre son travail rendrait la victime plus docile. C'est donc très aggravant. Est-ce que le harcèlement n'aurait pas été retenu car susceptible de pouvoir mener à une peine plus lourde?

Espérons que ce sale type sera au moins révoqué. Il aura le droit de se représenter, et qui sait, espére être réélu... n'étant pas inéligible, il a toutes ses chances quand on voit toutes les  fripouilles notoires qui sont réélues dans un fauteuil.

  • Nouveau
  • 15/06/2016 13:39
  • Par

pourquoi n'a t il pas eu abus de pouvoir en prime?

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

À la demande de son avocate, le prénom de la plaignante a été modifié.