Dans l’Ain, l’ancien proche de Fillon joue l'hyper local pour se sauver

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ain, envoyée spéciale.–  À 37 ans, Damien Abad a déjà eu plusieurs vies politiques, faites de rebondissements et de changements. À l’aube de sa carrière, fondateur du mouvement des Jeunes Centristes, il avait été tenté par le MoDem puis, après la victoire de Nicolas Sarkozy, il avait rejoint l’UMP, élu en 2009 au Parlement européen pour la région Sud-Est. En 2012, en pleine vague rose, parachuté dans la 5e circonscription de l’Ain, il s’imposait avec 56 % des voix face à la candidate socialiste, se targuant d’appartenir à la « génération terrain ».