Quand Pierre Estoup réclamait 9 milliards à l'Etat

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La carrière de Pierre Estoup dans l’arbitrage privé est quelque peu compromise par sa mise en examen pour « escroquerie en bande organisée » dans l’affaire Tapie (lire notre article ici). Mais au temps de sa splendeur, l’ancien haut magistrat - il a pris sa retraite en 1991, ayant atteint le poste élevé de premier président de la cour d’appel de Versailles, avant de devenir juge-arbitre privé -, monnayait fort cher ses services, et ne doutait de rien.