« Etrennes » des sénateurs UMP : Anticor a déposé plainte

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Avec Anticor

Je lave le linge sale avec de l'or ?!

 

http://phil195829.overblog.com

Delors ?

Nous devrions tous être membres d'Anticor !!!

Abonnez-vous, soutenez !!!

Anticor a besoin de votre soutien.

vous avez bien raison. Bonne idée, je n'y avais même pas pensé.

ça sera fait.

 

"En toute connaissance de cause"...mais au suffrage indirect quand-même.

LES COTISATIONS ETANT DEDUCTIBLES DU REVENU IMPOSABLE ONT REDUIT L'IMPOT DU PAR CES SÉNATEURS MAIS LESOMMES RESTI TUEES N ONT PAS ETE DECLAREES COMME REVENUS:VOILA LA TRICHERIE FISCALE!

Et cela n'est rien à côté de la corruption du Sénat dans l'affaire du Musée du Luxembourg

http://www.marianne.net/Rififi-au-Senat-le-dernier-coup-de-Larcher_a241595.html

Quand on fait entrer le privé dans le public, en général... 

Le problème est que le public manipule des fonds extrèmement importants qui excitent la convoitise des intérêts privés et dont l'importance peut tenter des âmes enclines à la malhonnèteté... Les fonctionnaires à salaire indépendant de leur activité et peu tentés par les fortunes faciles sont moins corruptibles. 

Quant à la nana qui est à la fois chargée des expos au Sénat et directrice du musée (privé) Maillol : les media sont dans le coup. C'est le seul musée de France dont la moindre exposition est annoncée à la TV !

 

le pire est que c'est l'inverse: les sommes du privé ont excité l'appétit des fonctionnaires corrompus du Sénat, protégés par les proches de Hollande du temps de Jean-Pierre Bel. les politiques sont au sénat  moins corrompus que les fonctionnaires.

COUPEZ lui la tete........

non, l'argent et les postes , qu'il travaille pour gagner sa vie.

Ce n'est pas que l'opinion n'accepte plus !!! (intox) C'est que l'opinion n'était pas au courant  !  L'opinion vient de découvrir le pot aux roses ...

enfin, notre  gros pot de confiture avec les gros doigts des sénateurs dedans ... 

 

Pour moi le pompom c'est quand meme "ne soit plus accepté par l'opinion."

Donc en fait son seul probleme c'est que ca soit rejete par l'opinion publique ? Ca ne lui pose pas de probleme ethique et moral avant tout plutot ?

 

 

OUIIiiiiiiiiiiiiiiiiiii   ! 

M E R C I  ..........................  ANTICOR  !  

(  ....tous aux  dons à  Anticor ....il faut adhérer  !!!!!!.........dommage quils  ne prennent pas les FOX ! ) 

 

BERCY   va t il  s en méler après cela ...........!!!

CONTROLE POUR........ tout le MONDE  ...et une  bonne "VASFE" pour les rappeler à la réalité  !!! 

..................  c'est comme les vermifuges  .............!  

 

NE vous crispez............... pas.............

sur les touches!!!!!!!!!!!!!!!!!! cela NUIT gravement

à la .............................;; lecture de vos!!!!!!!!!!!!!!!!! comme en terre!!!!!!!!!!!!!!!! ou TERRIER, c'est................selon

  • Nouveau
  • 10/07/2015 20:25
  • Par

UMP vous voulez dire "Les républicains"

A l'époque des faits, c'était des UMP. 

J'en connais 2 ou 3... je me demande... Incertain

... 

Non. A la réflexion, je ne me demande pas. Ils doivent se goinfrer comme les autres. 

Ardents défenseurs de la privatisation des services publics. Incertain

 

Arrêtez avec cette histoire de vieux devant son distributeur ! Réfléchissez un peu, avant, à la façon dont les média vous manipulent. Vous pouvez vous permettre de tirer 60€ au distributeur tous les jours, vous, en tant que retraité ? 60€ X 30jours = 1800€ par mois !!!

Si oui, vous avez bien de la chance et je ne vais certainement pas sangloter sur votre misérable situation. Ma propre retraite française, comme celle de beaucoup de femmes seule en France, ne représente même pas la moitié de cette somme... La retraite grecque est en moyenne de 700€.

Gardez vos sanglots pour des causes un peu plus justifiées, par pitié !

Dans le genre, "le pauvre grec du distributeur", on fait mieux...

http://www.leparisien.fr/economie/le-retraite-grec-qui-pleure-va-recevoir-l-aide-d-un-riche-australien-08-07-2015-4928467.php

  • Nouveau
  • 10/07/2015 22:46
  • Par

Eh bien, disons que j'aimerais bien, si cela était possible, être rémunéré aussi "à la bonne franquette".

Manque pas d'R, le aincout. Ah si, justement. Mince.

Avare

Il faut remettre ces  crottés au pouvoir. Dieu qu'ils doivent avoir faim.

"S'il est normal, et protecteur pour la démocratie, que les élus décident librement du budget de leurs institutions et de leurs indemnités "

non , ce n'est pas normal  et pas démocratique qu'ils décident de leurs indemnités !

la preuve  : celui qui est élu ne veut jamais plus quitter sa place  et l'état catastrophique du Pays nous démontre clairement qu'ils n'y sont que pour leur propre intérêt .

"S'il est normal, et protecteur pour la démocratie, que les élus décident librement du budget de leurs institutions et de leurs indemnités "

non , ce n'est pas normal  et pas démocratique qu'ils décident de leurs indemnités !

la preuve  : celui qui est élu ne veut jamais plus quitter sa place  et l'état catastrophique du Pays nous démontre clairement qu'ils n'y sont que pour leur propre intérêt .

... rt plus il reste en place et plus il devient voyou .

"S'il est normal, et protecteur pour la démocratie, que les élus décident librement du budget de leurs institutions et de leurs indemnités ... il faut qu'il y aie de la transparence "

 Donc, si l'on suit votre "raisonnement", ces politiciens pourris n'ont qu'à se gaver de millions, à condition qu'ils le fassent d'une façon "transparente" ?

Votre "raisonnement" montre que vous n'avez pas compris que ces pourris ne veulent être élus que dans un seul but : se remplir les poches autant qu'ils veulent.

Quant au "gouvernement", ces ministres éphémères savent que leur temps est compté, et leur but est de profiter au maximum des avantages et privilèges qui leur sont octroyés par... les élus qui votent les lois.

fauxcialistes ou ripouxblicains, vous n'avez toujours pas compris que c'est bonnet blanc et blanc bonnet ?

En conclusion, vous parlez de démocratie, mais vous n'avez pas compris grand chose au système mis en place par les politiciens pour se servir, depuis des lustres. 

Votre Sarkozy qui conspue les grecs et leur demande d'aménagement de la dette, discute lui même de la sienne...  Sans vergogne !!! Rigolant

Dette de l'UMP : Sarkozy négocie avec les banques pour sortir de l'impasse

Selon Europe 1, Nicolas Sarkozy a fait une proposition aux dirigeants de banques françaises afin de ne pas rembourser la dette de l'UMP avant 2017.

 

http://www.lepoint.fr/politique/dette-de-l-ump-sarkozy-negocie-avec-les-banques-pour-sortir-de-l-impasse-06-05-2015-1926794_20.php

Autre proposition;

 

Qu'on  reverse ces millions pour renflouer la Grèce ou la dette de la France

Et ils nous donnent des leçons, ces grands moralisateurs! Aucune vergogne!

 Vergogne? Pourquoi faire?

A vomir! 

Surtout que, pendant ce temps là, on dirige la populace tout droit vers la soupe populaire ...

Merci et bravo anticor et mediapart

Un argument de plus pour répondre aux quelques décérébrés fan de l'UMP, pardon les "républicains (mon c...)!"

  • Nouveau
  • 11/07/2015 23:20
  • Par

Il faut qu'en 2017, on recense toutes les exactions dénoncées par Médiapart depuis 2012 et vérifier les actions entreprises par la justice et le PS (à travers le parquet) tendant à récupérer le montant de toutes ces escroquries.

J'ai bien peur que tous seront blanchis à l'image de woerth !

Pourquoi en 2017 ?.. Cool

Anticor est dans la place...Pow Pow Pow ....

Elle va casser les reins de 2 Reins Courent ...

Yo!!!

+10000 Anticor

  • Nouveau
  • 13/07/2015 13:00
  • Par

Une incroyable bande de voyous protégés. les condamnés à des années de travail général derrière une benne à ordure ménagére, et en hiver svp. Car en prison ils seraient encore des privilégiés.

 

Et les mêmes, bien évidemment, de faire la leçon à la Grèce, son clientélisme, sa corruption, sa concussion, ses petits arrangements entre partis et à l'intérieur des partis, etc, etc. Un peu de décence, s.v.p., mesdames et messieurs les sénateurs : votre comportement est de même essence et demain, avec des gens de votre acabit, la France connaîtra sans aucun doute le sort de Grèce ; elle est déjà sur la même pente !!!

  • Nouveau
  • 15/07/2015 01:24
  • Par

Zoe Konstantopoulou  avocate et femme politique grecque. Députée du parti de la gauche radicale Syriza, qui a gagné les élections législatives du 25 janvier 2015 en Grèce, a été élue le 6 février 2015 présidente du parlement. Elle est, à trente-huit ans, la plus jeune présidente de la Vouli et la deuxième femme seulement à exercer cette fonction.

Discours prononcé par Zoé Konstantopoulou, lors de son élection en tant que Présidente du Parlement hellénique.

Mesdames et Messieurs les députés

Je vous parlerai du fond du cœur, avec la sincérité et la droiture qui conviennent à l’honneur et à la responsabilité qui accompagnent la mission dont vous m’avez chargée mais aussi à l’honneur et à la responsabilité qui accompagnent la confiance dont nos concitoyens ont fait preuve envers chacun et chacune d’entre nous.

Nous sommes ici, non pas parce que le destin l’a voulu, ni par le caprice de quelque hasard, mais parce que nous l’avons choisi et nous avons été choisis et élus par les citoyens de ce pays, le peuple de notre patrie qui est préoccupé et qui lutte pour la dignité, la justice, l’égalité, la démocratie, la liberté. Pour des valeurs et des biens qui furent conquis en versant du sang, par des sacrifices, des luttes dont la marque indélébile se trouve dans l’Histoire de ce pays. Des valeurs et des biens qui, de nos jours, sont contestés ou restreints de la manière la plus cynique qui soit.
(…)

Avec les parlementaires actifs et participants au processus parlementaire. Non pas de simples « applaudisseurs » de prises de position gouvernementales ou de l’opposition.
(…)

En cette période parlementaire, il ne faudra pas répéter des phénomènes de dégénérescence de la fonction législative, tel que l’abus de la procédure d’urgence et des amendements.
Je m’engage, en tant que Présidente du Parlement, que les amendements présentés hors-délai ou sans rapport avec l’objet des dispositions des projets de loi ne seront pas reçus. Pas même, bien entendu, des projets de lois comptant des centaines de pages, sans structure, ou des actes législatifs qui ne remplissent pas les critères constitutionnels[référence directe à tous les textes des mémorandas].
(…)

J’en arrive aux questions de transparence et d’égalité devant la loi. Le Parlement ne peut pas opérer comme un dispositif de blanchiment de scandales ni comme un cimetière de dossiers relevant du droit pénal. Récupérer et examiner des dossiers qui, tout en ayant été transmis au Parlement par la Justice, croupissent des mois, voire, des années durant dans quelques tiroirs sans même être examinés, est un devoir démocratique élémentaire et fondamental tout autant qu’un préalable à la cohésion sociale. Je m’adresse au sens du droit de TOUS les députés, en tant que représentants des citoyens. Et je vous invite à ce que, tous ensemble, nous mettions fin à cette honteuse situation du traitement privilégié qui a LOURDEMENT touché le prestige du Parlement. Par le biais des commissions existantes mais aussi par celui de la constitution des nouveaux organes nécessaires, il est impérieux que le Parlement garantisse la légalité, la transparence et l’examen de tous les dossiers en suspens, quelles que soient les personnes impliquées. Qu’il s’agisse de personnes politiques, parlementaires et gouvernementales, qu’il s’agisse de représentants d’intérêts économiques et de sociétés qui corrompent, comme dans les affaires Siemens et celles concernant les armements. N’oublions pas que pareilles affaires mobilisent également des obligations internationales à l’égard d’autres pays, conformément au cadre juridique international contre la corruption et que notre pays n’a pas épuisé son arsenal juridique afin de rendre justice et de faire ressortir la vérité et révéler le produit du crime. Les représentants d’autres gouvernements connaissent également ces obligations. Ainsi, la déclaration faite hier par le Ministre des finances Allemand, selon lequel « chaque pays veille simplement et uniquement à ses propres affaires », est non pertinente et non fondée.

 

Notre pays et notre peuple furent les victimes de corruption à grande échelle qui ne se limite pas aux frontières nationales et ne concernent pas uniquement notre « chez nous ». Il est de l’obligation des États européens également de collaborer et de nettoyer notre « chez nous » collectif européen.
(…)

J’en viens à l’initiative la plus importante de la période parlementaire précédente, dont tous ceux qui ont participé sont fiers. La constitution de la commission interpartis du Parlement pour la revendication des réparations de guerre allemandes. À l’initiative de Manolis Glezos et du groupe parlementaire de Syriza et avec la collaboration unanime de tous les groupes parlementaires, cette commission fut constituée et opéra de manière exemplaire, présidée par M. Tzavaras, mais n’a pas pu achever sa mission à cause des élections qui sont intervenues. Durant cette nouvelle période parlementaire, la commission sera très rapidement constituée pour remplir le devoir national qu’est la revendication effective de cette dette morale, historique et financière à l’égard de notre patrie, à l’égard des victimes de la sauvagerie nazie, pour la réparation des catastrophes, le remboursement et l’acquittement du prêt de l’Occupation, pour le dédommagement des victimes et pour la restitution des trésors archéologiques volés.

En tant que Présidente du Parlement, j’entreprendrai aussi, personnellement, toutes les initiatives de sorte que cette dette, qui survit depuis 70 ans, soit remboursée. Des initiatives analogues seront entreprises afin que le Parlement contribue de manière essentielle à promouvoir les revendications d’annulation de la majeure partie de la dette et de l’intégration de clauses de croissance et de garanties d’endiguement de la crise humanitaire et de secours à notre peuple. La diplomatie parlementaire n’est pas un cérémonial ni l’équivalent de relations publiques. Elle est un précieux outil qu’il est nécessaire de mettre en branle, pour ce qui est tant du Président que des commissions de relations internationales ou de commissions d’amitié, de sorte que l’affaire grecque, la demande d’une solution équitable et bénéfique pour notre peuple, par annulation de la dette et moratoire des remboursements soit l’objet d’une campagne interparlementaire de revendication vive, qui s’appuie sur l’information de vive voix des autres parlements et assemblées parlementaires mais aussi des peuples européens qui se mobilisent déjà en solidarité de notre peuple.
(…)

L’Histoire est écrite par les peuples qui espèrent, sont optimistes, contestent, luttent et revendiquent. L’Histoire est également écrite par les dirigeants politiques et les représentants du peuple, les Parlements, quand ils se dressent à la hauteur de leur responsabilité et forment un mur de protection de la société. Les réflexes démocratiques de notre peuple sont actifs et s’expriment de plus en plus clairement. En se référant précisément aux luttes historiques de notre peuple, à la résistance nationale, à la gauche, au mouvement des étudiants, à la lutte contre la dictature, aux mouvements sociaux.

 

De plus en plus nombreux sont ceux qui prennent conscience du fait qu’ils ne veulent pas vivre à genoux. Ni laisser comme héritage à leurs enfants un nouvel esclavage économique. Les gens retrouvent le sourire, ces derniers jours. Ils retrouvent la ténacité, la confiance en eux, leur dignité. Ils revendiquent d’être partie de l’Histoire et non pas ses spectateurs. Et ils se réunissent sur les places en manifestant pour des principes et des valeurs universels, comme l’ont fait, hier soir, des milliers de citoyens à Athènes mais aussi dans d’autres capitales européennes.

 

Toute l’Europe, le monde entier, a le regard tourné vers la Grèce avec espoir. Parce qu’ils savent que la reconnaissance des droits et le soulagement du peuple grec sera une victoire des hommes face aux autocrates financiers et aux nouvelles tyrannies des banques, des marchés, des nouvelles oligarchies qui ont pour objectif de se substituer à la démocratie.
(…)

Respecter la Constitution relève du patriotisme des Grecs qui ont le droit et le devoir de résister par tout moyen à tout ce qui tente de la violer. C’est à ce patriotisme démocratique constitutionnel par lequel la société grecque est portée, tout au long de son histoire, et dont le Parlement hellénique est imprégné en tant qu’institution, que butera tout ce qui s’efforcerait de faire du chantage à notre peuple et de contourner la démocratie de notre pays.

Le 12 septembre 2013, vote au Parlement grec, lors de la réunion de la Commission Justice.

En présence de seulement 3 députés, le président K. Virvidakis, député de la Nouvelle Démocratie, ignore simplement les objections de Zoi Konstandopoulos [députée de SYRIZA] et annonce que chaque article est voté à la majorité, alors que personne n’a voté.

Voir en ligne : source:http://www.okeanews.fr/

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Depuis le début de l'année, nous avons tenté de joindre Henri de Raincourt à plusieurs reprises, qui n'a pas souhaité nous parler. De même que Jean-Claude Carle, le trésorier du groupe UMP de sa création jusqu'en 2014.