La loi antigaspillage au bon vouloir des gaspilleurs

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour donner du style à une loi technique sur un sujet méconnu du grand public, rien de mieux que de l’habiller de substantifs qui claquent au vent comme une oriflamme : « un vrai tournant écologique », « la guerre à la pollution plastique», «  je suis face à des lobbies puissants »« c’est un vrai combat », explique Brune Poirson, la secrétaire d’État à l’écologie dans le JDD du 7 juillet. Tout cela au sujet du projet de loi pour une économie circulaire, rebaptisée antigaspillage par la communication gouvernementale. Il n’en reste pas moins un texte bureaucratique aux effets ambigus.