Etats d'âme (ou pas) de traders

Par
Ils ont à peine la trentaine et jonglent avec des millions. Eric et Benjamin sont traders, Julien gère de la dette. En ces temps de crise, sont-ils sujets aux problèmes de conscience?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«C'est pas nous qui faisons la politique d'un pays. Nous, on constate, et on fait selon ce que l'on comprend.» Eric Valatini, trader dans le bureau d'une grande banque française à l'autre bout du monde, n'a pas du tout envie qu'on lui attribue les intentions de Standard & Poor's qui se vantait il y a une semaine d'avoir revu à la baisse la note américaine en raison d'un « risque politique », forçant ainsi la porte des débats à Washington.