Economie: échec, confusion et amateurisme

Par

Croissance en baisse, déficits en hausse: le gouvernement a brutalement révisé ses prévisions ce mercredi. L'échec qui prend forme est d'autant plus inquiétant qu'il avait été prédit de longue date par de nombreux experts. Mais François Hollande n'a rien voulu entendre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À quelques jours de la présentation du projet de loi de finances pour 2015, qui interviendra le 1er octobre, le gouvernement s’est livré à un exercice inédit. Il a admis, même si c’est à demi-mot, que sa politique économique conduisait tout droit à l’échec. Donnant implicitement raison à tous ceux qui depuis des mois dénoncent les effets récessifs induits par l’austérité et les effets d’aubaine des cadeaux aux entreprises, il a été dans l’obligation de reconnaître que toutes les prévisions économiques de Bercy, sur la croissance, les déficits ou l’inflation, devaient être revues. Toutes dans le mauvais sens.