Les «Territoires vivants de la République» font le récit de l’école des déshérités

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Vous ne pubierez jamais dans le Figaro ou Valeurs Actuelles, mais il est bon de vous lire.

Une réalité du terrain à comparer à la vision hallucinante de l'école laissée par la présidente du CSP dans les colonnes de Causeur...

https://blogs.mediapart.fr/b-girard/blog/100918/la-presidente-du-csp-fait-sa-rentree-lextreme-droite

Sinon, il serait peut-être temps de sortir de cette formule galvaudée d'"école de la république". L'école a-t-elle pour fonction  de servir un régime politique et lequel ? Et cette république sans cesse louangée mais jamais interrogée, mérite-t-elle autant de considérations ?

Personnellement quand on dit ou parle de l'école de la République , je comprends que c'est sous le régime de la République que l'école est devenue, obligatoire, laïque et gratuite dont l'objectif était de respecter la confession des élèves et de les aider à devenir des citoyens-citoyennes.

D'autre part, ce n'est pas parce que les valeurs de la république sont dévoyées par des gens peu intéressants qu'il faut y renoncer.

 

La république n'a jamais décrété l'école obligatoire mais l'instruction et seule l'école publique est tenue à la laïcité (et surtout pas les élèves...)

Quant aux valeurs de la république, on ne sait pas trop jusqu'où il faut remonter pour trouver ce régime en adéquation avec les valeurs qu'il affiche.

vous faite s un raccourci stupefiant : la république ne peut s e résumer à un régime politique, cest notre bien commun à tous, et oui il est normal que l école républicaine en enseigne les valeurs !

sinon il n y aurait plus d e transmission de ce qui fait notre nation et notre vie en commun en France? c'est bien sur un sujet sociétal fondamental : l école doit apprendre les savoirs mais aussi le savoir vivre dans la société francaise 

apres si pour vous la République issue de la révolution contre le régime d'heritage de l'aristocratie, de monarchie de droit divin  et dinegalité des droits en fonction des trois Etats  ne merite pas votre considération, cest un autre débat/

La pédagogie de sa mission civilisatrice est effectivement difficile à saisir, exemple (parmi d'autres) ici : massacres de l'armée française au Cameroun, 1955-1971...

Ceci dit, reconnaissons que, de la république de Jules Ferry à celle de Macron-Blanquer, il y a une certaine continuité dans les programmes d'éducation civique : faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais.

"république = nation = vie en commun" : des amalgames qui ne résistent pas à l'analyse. La nation n'est pas un régime politique, c'est une croyance : sur Terre, les hommes n'ont attendu ni la nation ni la république pour vivre en commun.

"République issue de la révolution" : raccourci historique. Quelle république ? Seule la première (1792) est issue de la révolution, les autres ont toutes une origine et un parcours différents. Et pour ce qui est de la 5e, elle est née d'un coup d'état militaire... Ne mélangeons pas tout.

la nation est une croyance? La nation française ? 

Encore  un  bouquin  à  acheter , s'informer  coûte de  plus  en  plus cher 

Ou bien le faire acheter par le CDI wink

ah bon, avant le s bouqins etaient gratuits?

"il est toujours préférable d’écouter les premiers concernés, à savoir les enseignants, qui composent chaque jour comme ils peuvent avec le réel."

Eh oui nous ne sommes pas des magiciens mais on fait tout notre possible pour composer avec les lubies changeantes de nos différents ministres.

Merci pour ce bel article et ce conseil de lecture

Article de référence. Du très bon travail.

Pour rendre confiance aux enseignant et pour qu'ils aiment leur métier !

L'école émancipatrice, à partir de ce qui s'y vit, et pas par incantations ni condamnations, fussent elles de "gauche", voire d'" extreme-gauche".

"Affirmer que certaines parties du programme ne peuvent plus être enseignées dans des territoires qui seraient “perdus pour la République” est faux". Foutaises. J'ai enseigné trois ans dans un collège en ZEP. Je ne faisait pas le quart du programme. Les fleurs c'est beau mais le réel ne peut se réduire a cela.
Un cas particulier n'a jamais fait valeur de généralité... Il est ici question d'infirmer l'idée d'une tendance inéluctable ! Cela ne veut pas dire pour autant que tous les professeurs de ZEP bouclent sans soucis l'intégralité de leur programme. Mais si j'y vais par votre argument, je pourrais vous dire que j'ai été en couple plusieurs années avec une enseignante du primaire en ZEP à Sartrouville qui réussissait à terminer ses programmes...

Vous ne faisiez pas le quart du programme par manque de temps ou parce que, enseignants en Histoire ou de Biologie, vous étiez confronté à une opposition de type théologique à vos enseignements?

Ce n'est pas la même chose, semble-t-il.

à RVIDONNE

"certains enseignants ne peuvent pas enseigner certaines parties du programme" serait plus juste ? pourquoi votre expérience serait-elle la même que tous les autres enseignants dans une situation similaire ?

bel article, qui remet les pendule s à l heure et montre la diversité des situations, et rend hommage aux veritables héros de notre république, les enseignants de ces ZEP et autres sigles, trop mal payés au demeurant

un étonnement quand même :quand on voit des gamins à l ecole primaire reprocher a un autre d e manger d  es bonbons à cause d e la gélatine porcine (!!) on croit réver. ca augure mal du vivre ensemble à venir 

"Territoires perdus de la République."

Suivez la trace des auteurs de cette phrase cabalistique,vous tomberez immanquablement sur des nostalgiques de la colonisation.

Leur vraie pensée intérieure est: Les territoires perdus de l'empire. 

  • Nouveau
  • 11/09/2018 22:35
  • Par

Il me semble à la lecture de cet article que tout est très axé sur la "gestion des conflits" 

Alors que je pense, on doit bien se marrer avec certains archi-religieux car le coup des bonbons d'anniversaire à la gélatine porcine, c'est plutôt sympa d'avoir prévenu tout le monde !!!

 

  • Nouveau
  • 12/09/2018 18:48
  • Par

L'absence d'une mémoire coloniale !Oui la France ne veut en aucun cas regarder son passé impérialiste et colonial construit dans le sang et les guerres et les enfants savent et entendent dans leurs foyers l'histoire de leurs ancêtres! comme cet événement de 1903 en Centrafrique ou un abruti de colon blanc fit exploser avec des bâtons de dynamites des centrafricains en leur insérant dans l'anus ou les violences d'extraction du caoutchouc contre les  populations et la famine et tant d'autres sales histoires de la soi disant patir des droits de l'homme sensé amener la civilisation ! laquelle ? celle de la guerre du sang et de la colonisation violente et sanguinaire celle des têtes coupées et de la répression de toute opposition à la colonisation par la force (tiens je me rappelle que des allemands dit "nazis" entre 1940 et 45 sont venus occuper et humilier et esclavagiser par le STO les mâles français et la France ça leur a fait, plaisir aux français ? et bien la colonisation n'a pas fait non plus plaisir a bien des peuples colonisés par la France et ça ces jeunes le savent par l'histoire et les souffrances deleurs ancêtres de cette soi disant patrie des droits de l'homme impérialiste et coloniale

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale