Kader Arif: «L’égalité passe par des choix inégalitaires»

Par

L’ex-secrétaire d’Etat en charge des anciens combattants Kader Arif dénonce dans un entretien l’hystérie identitaire. Ce fils de harki qui revendique sa culture musulmane prône la discrimination positive tout en rejetant le communautarisme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Hollandais historique, l’ex-secrétaire d’Etat en charge des anciens combattants Kader Arif a démissionné du gouvernement en novembre 2014 en raison de l’ouverture d’une enquête préliminaire sur des marchés publics attribués à plusieurs de ses proches. Dans un entretien publié le 9 octobre par Libération, ce fils d’un harki dénonce l’hystérie identitaire et prône la discrimination positive tout en rejetant le communautarisme.