A La Roche-sur-Yon, les 619 «Michelin» ne veulent pas finir sur le carreau

Par Pierre-Yves Bulteau

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Roche-sur-Yon (Vendée), de notre envoyé spécial.– « Est-ce que je peux m’en griller une avant de vous répondre ? » Les traits tirés et la voix qui déraille, Antony Guilloteau demande grâce. Voilà près d’un mois et demi que le délégué CGT est sur le pont, depuis que l’annonce d’une possible fermeture du site de fabrication de pneus poids lourds de La Roche-sur-Yon a fuité dans la presse.