Contaminées au Covid, des soignantes peinent à faire reconnaître leur maladie professionnelle

Par Victoire Pirot (Rue89 Strasbourg)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Infirmière au sein d’une unité Samu à Strasbourg, Nathalie Guichard est en arrêt depuis le 21 août dernier des suites d’une infection au Covid-19 contractée en mars. Plus de deux mois plus tard, elle ne sait toujours pas si sa contamination sera reconnue en tant que maladie professionnelle.