Notre-Dame-des-Landes: la bonne aubaine du groupe Vinci

Le projet d'aéroport ne crée pas qu’un problème environnemental, ou un trouble à l'ordre public – au sujet duquel la justice vient d'autoriser la destruction des cabanes construites par les opposants. C’est aussi une bonne affaire pour le groupe multinational Vinci qui bénéficie d’un contrat de concession très favorable à ses intérêts. Explications.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le tribunal de grande instance de Saint-Nazaire a autorisé mardi matin 11 décembre la destruction des cabanes construites par les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes sur la vaste zone du projet, dans le bocage nantais. Mais l'aérogare de la discorde ne constitue pas qu'un problème d'ordre public. C’est aussi, ou surtout, une bien bonne affaire économique. Même si elle ne saute pas aux yeux des non-initiés au business aéroportuaire.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal