Le gouvernement demande au Conseil d'Etat s'il peut interner les personnes fichées S

Par

Comme François Hollande l'avait annoncé au Congrès, le ministère de l'intérieur a demandé l'avis du Conseil d’État sur l'enfermement préventif des milliers de personnes fichées « S », considérées comme particulièrement dangereuses. Au nom de l'unité nationale, mais en contradiction totale avec les valeurs affichées jusque-là par le Parti socialiste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

François Hollande l’avait annoncé devant le Congrès réuni à Versailles, trois jours à peine après les attentats de Paris et de Saint-Denis. Difficile de faire plus solennel. Mais c’est comme si personne, ou presque, n’avait vraiment voulu y croire. Le gouvernement a effectivement soumis au Conseil d’État la proposition formulée par l’aile droite de LR (ex-UMP) d’enfermer préventivement les personnes fichées « S », considérées comme particulièrement dangereuses.