Simple rappel à la loi pour Julien Coupat

Par
Le militant d'extrême gauche Julien Coupat s'est vu notifier lundi un simple rappel à la loi après son interpellation, samedi, dans le XIXe arrondissement de Paris, a-t-on appris de source judiciaire.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

PARIS (Reuters) - Le militant d'extrême gauche Julien Coupat s'est vu notifier lundi un simple rappel à la loi après son interpellation, samedi, dans le XIXe arrondissement de Paris, a-t-on appris de source judiciaire.

L'ancien chef de file présumé du groupe de Tarnac avait été placé en garde à vue pour "participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations", comme une grande partie des centaines de personnes arrêtées en marge de la dernière journée de mobilisation des "Gilets jaunes".

Il a été déféré dimanche au tribunal puis présenté lundi au parquet, qui lui a notifié un rappel à la loi, sans autre poursuite, précise-t-on de source judiciaire.

Julien Coupat avait été arrêté par des agents de la Direction générale du renseignement intérieur (DGSI) et non dans le cadre du dispositif mis en place pour contrôler les manifestants "Gilets jaunes", selon son avocat, Jérémie Assous, joint samedi par Reuters.

Le militant et intellectuel, âgé de 44 ans, a été relaxé le 12 avril dernier, de même que sept autres personnes au terme d'un procès médiatique sur le sabotage présumé d'une ligne de TGV en 2008 - des accusations qu'il a toujours niées.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale