Rachida Dati: la prime qui fait scandale

Par

André Ride, inspecteur général des services judiciaires de la chancellerie, s'est illustré cet automne en dédouanant publiquement Rachida Dati de la convocation, au mépris de toutes les procédures, de plusieurs magistrats mis précipitamment en cause par le ministère après le suicide d'un détenu à la prison de Metz. Il vient de se voir accorder une prime exceptionnelle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au ministère de la justice, la culture de l'échine courbée a un prix: celui d'une confortable augmentation de revenus en fin d'année. André Ride, l'inspecteur général des services judiciaires de la chancellerie, qui s'était illustré à l'automne dernier en dédouanant publiquement Rachida Dati de la manière dont lui et ses services avaient dû entendre, en pleine nuit, dans l'urgence, et sans respecter les procédures, plusieurs magistrats mis en cause précipitamment par le ministère après le suicide d'un détenu à la prison de Metz-Queuleu (Moselle), vient de se voir accorder une prime exceptionnelle.