Dieudonné: l'interdiction du Conseil d'Etat jette le trouble chez les juristes

Par

Statuant en urgence, le Conseil d'État a validé à deux reprises en 48 heures l'interdiction a priori du spectacle de Dieudonné au nom de « graves atteintes » à la « dignité de la personne humaine » et à la « cohésion nationale ». Les motivations du jugement posent de nombreuses questions juridiques. Explications.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Conseil d’État a validé in extremis, jeudi 9 janvier 2013 à 18 h 40, l'arrêté préfectoral d'interdiction du spectacle Le Mur de Dieudonné M'bala M'bala au Zénith de Nantes, qui devait se tenir le même jour à 20 h 30. Avant de confirmer, vendredi soir, l’interdiction de son spectacle à Tours. Une victoire juridique et politique pour le ministre de l’intérieur Manuel Valls, qui s’est réjoui, vendredi matin sur France Inter, que la plus haute juridiction administrative ait « confirmé la thèse du gouvernement, selon laquelle des propos qui peuvent constituer une atteinte à la dignité de la personne humaine, portent atteinte à l’ordre public ».